La Cour de cassation déclare Total coupable et responsable dans l'accident de l'Erika

le
0
Survenu en décembre 1999, l'accident de l'Erika a provoqué une pollution sur les côtes françaises sans précédent depuis le naufrage de l'Amoco Cadiz vingt et un ans plus tôt.
Survenu en décembre 1999, l'accident de l'Erika a provoqué une pollution sur les côtes françaises sans précédent depuis le naufrage de l'Amoco Cadiz vingt et un ans plus tôt.
Au grand soulagement de beaucoup...
Autorités locales, riverains, écologistes et associations de protection de l'environnement craignaient le pire depuis qu'en avril dernier l'avocat général Me Boccond-Gibod avait plaidé rien de moins que l'abandon des poursuites contre la multinationale, arguant que l'accident de l'Erika, resté dans toutes les mémoires et qui a provoqué une marée noire sans précédent sur les côtes de l'Hexagone depuis le naufrage de l'Amoco Cadiz en 1978, s'est produit dans une zone économique exclusive, c'est-à-dire en dehors des eaux territoriales françaises. Sa position ? quand bien même elle ne remettait en cause ni les dédommagements versés par Total aux ONG et aux collectivités locales, d'un montant de cent soixante-et-onze millions d'euros, ni les deux cents millions d'euros que le groupe a dû débourser pour le nettoyage du littoral ? avait suscité une avalanche de critiques, y compris au sein de la classe politique.
Et pour cause : si la Cour de cassation avait abondé dans son sens, la notion de « préjudice écologique », introduite dans la jurisprudence en 2007 via le procès en première instance, eut été purement et simplement balayée. Il n'en a finalement rien été et l'entreprise la plus prospère du pays a été déclarée hier coupable et responsable de la catastrophe par la plus haute juridiction française, laquelle a ce faisant confirmé la condamnation pénale prononcée en appel en 2010.
Elle est m
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant