La Coupe du monde à travers l'histoire : Uruguay 1930

le
0
Le Français Jules Rimet (à gauche) remet la première Coupe du monde au président de la Fédération uruguayenne de football.
Le Français Jules Rimet (à gauche) remet la première Coupe du monde au président de la Fédération uruguayenne de football.

Les débuts de la Coupe du monde sont hésitants. Le football ne suscite pas autant d'intérêt au début du XXe siècle. L'Europe sort d'une guerre qui l'a ravagée et commence à subir la crise économique héritée du krach boursier de 1929. Organiser un Mondial un an plus tard n'est pas vraiment la priorité. La première édition a lieu du 13 au 30 juillet 1930 (une durée de dix-huit jours contre près d'un mois aujourd'hui) et ne se déroule donc pas sur le Vieux Continent, mais en Uruguay. Le pays a été choisi pour accueillir l'événement notamment parce qu'il fête dans le même temps le centenaire de son indépendance et est donc moins regardant sur la dépense, même s'il est lui aussi touché par la récession.

Mais là encore, un autre problème se pose : les clubs européens sont réticents à envoyer leurs joueurs si loin et pendant si longtemps (curieusement, en 2014, et malgré le développement des transports, le conflit sur ce point demeure toujours avec les sélections). Résultat, seulement quatre équipes européennes se motivent pour traverser l'Atlantique : la France, la Belgique, la Roumanie et la Yougoslavie. L'Angleterre, nation inventrice de ce sport, méprise au départ ce tournoi et refuse l'invitation. Par contre, la France peut moins s'y soustraire. Le créateur de la Coupe du monde, Jules Rimet, est un Français et l'absence d'une sélection venue de l'Hexagone aurait donc fait tache.

Un stade fini... cinq jours après le début du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant