La Coupe du monde à travers l'histoire : France 1998

le
0
Le capitaine Didier Deschamps savoure avec ses coéquipiers leur victoire 3-0 contre le Brésil.
Le capitaine Didier Deschamps savoure avec ses coéquipiers leur victoire 3-0 contre le Brésil.

Le climat est assez exécrable en France en ce début d'année 1998. Le préfet Claude Érignac se fait assassiner en Corse. L'affaire Elf met en lumière un vaste système de corruption. Le débat sur le clonage humain et celui sur les 35 heures font rage. Autant dire que le pays est plutôt content de se changer les idées avec une Coupe du monde qui fait son retour dans l'Hexagone 60 ans après l'édition de 1938.

Mais les journaux sont sceptiques quant aux chances des Bleus. Aimé Jacquet et L'Équipe sont en guerre ouverte depuis la campagne de qualification de l'Euro 1996 où se sont enchaînés plusieurs 0-0 contre la Slovaquie, la Pologne ou encore Israël. Au lendemain du match retour contre la Pologne au Parc des princes (1-1), le 17 août 1995, le quotidien titre même "Le retour des nuls". Et pour les matches de préparation au Mondial 1998, l'ambiance est encore plus délétère. Le journal sportif estime que la gestion des six joueurs éjectés en dernière minute de l'aventure (Anelka, Ba, Djetou, Laigle, Lamouchi et Letizi) a été lamentable et que la présence de Christophe Dugarry dans la liste des 22 est une ineptie.

Premier Mondial depuis l'arrêt Bosman

Cette Coupe du monde 1998 est aussi la première post-arrêt Bosman qui permet aux clubs européens de ne plus être restreints par la limite de trois étrangers alignés pour un match. Désormais, un club du Vieux Continent peut titulariser onze joueurs étrangers à partir du moment où...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant