La Coupe du monde à travers l'histoire : Chili 1962

le
0
Le match Chili-Italie du 2 juin 1962 est l'un des plus violents de l'histoire de la Coupe du monde.
Le match Chili-Italie du 2 juin 1962 est l'un des plus violents de l'histoire de la Coupe du monde.

L'attribution au Chili de l'organisation du Mondial 1962 en étonne plus d'un. Ce pays d'Amérique du Sud a été touché deux ans plus tôt par le plus gros séisme de l'histoire (magnitude de 9,5 à l'échelle de Richter) qui a fait environ 6 000 victimes. Dès lors, on s'interroge sur la capacité de cette nation à accueillir un tel événement sur le plan des infrastructures. Mais le roulement était nécessaire, car cela faisait douze ans que la Coupe du monde ne s'était pas déroulée en Amérique du Sud, la Suisse puis la Suède ayant accueilli l'épreuve en 1954 et en 1958. Les observateurs s'indignent souvent de cette édition qui aurait été la genèse du jeu violent et des fautes à foison tout en omettant que la Coupe du monde 1958 avait déjà amorcé l'émergence d'un football très physique. Robert Jonquet, blessé gravement à la suite d'un choc avec Vava en demi-finale, peut le confirmer. Le Mondial 1962 franchit plutôt un cap supplémentaire en intensité sur ce point. L'application concrète de l'adage "la fin justifie les moyens" se généralise. Il est indéniable que le culte du résultat incite beaucoup d'équipes à calculer et à montrer du vice sur un terrain dans le seul but de gagner, ou plutôt de ne pas perdre. C'est la Ligue 1 avec 40 ans d'avance. Les entraîneurs prennent de moins en moins de risques offensifs même si quelques scores de baby-foot subsistent encore au cours de ce tournoi. Premières surprises, la France et la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant