La Coupe du monde à travers l'histoire : Allemagne 1974

le
0
Le Néerlandais Johan Cruijff (en orange) et l'Allemand Franz Beckenbauer sont les deux grosses stars de ce Mondial 1974.
Le Néerlandais Johan Cruijff (en orange) et l'Allemand Franz Beckenbauer sont les deux grosses stars de ce Mondial 1974.

La Coupe du monde s'offre en 1974 une nouvelle toilette. Après la remise du trophée original au Brésil en 1958, 1962 et 1970, c'est une nouvelle statuette imaginée par Silvio Gazzaniga et fabriquée par le sculpteur milanais Flaminio Bertoni qui sera désormais au centre de toutes les convoitises. Cette dixième édition est organisée en Allemagne deux ans après les tristes Jeux olympiques de Munich qui avaient vu l'assassinat d'athlètes israéliens après une prise d'otages. D'un point de vue plus sociologique, le tournoi baigne dans l'atmosphère des seventies. La mode des cheveux longs bat son plein comme le rock, le disco et les pantalons pattes d'éléphant. La libération des moeurs est passée par là et beaucoup de joueurs présentent une capillarité très fournie. Autre nouveauté, un pays d'Afrique subsaharienne s'invite également pour la première fois dans cette compétition. Il s'agit du Zaïre, qui compte dans ses rangs le père de Rio Mavuba, répondant au doux prénom de Ricky (le rejeton va, lui, jouer ce tournoi avec les Bleus quarante ans après son paternel). Mais l'apprentissage est dur pour le pays de Mobutu, qui encaisse 14 buts (dont 9 contre la Yougoslavie) en trois matches sans en marquer un seul. Il y a aussi un réel manque de professionnalisme, puisque les remplaçants n'hésitent pas à se griller une cigarette sur le banc ! La modeste RDA fait sensation pour ce Mondial en s'offrant le luxe de battre 1-0 en match de poule...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant