La correspondance du prince Charles publiée mercredi

le , mis à jour à 19:56
0

LONDRES, 12 mai (Reuters) - La Grande-Bretagne attend la publication ce mercredi d'une trentaine de lettres potentiellement embarrassantes écrites par le prince Charles à des ministres du gouvernement travailliste de Tony Blair en 2004-2005. La divulgation de cette correspondance au ton "particulièrement franc" selon les pouvoirs publics pourrait jeter le doute sur la neutralité politique de l'héritier de la couronne. Le gouvernement avait tenté de s'y opposer mais la justice a déclaré que ces 27 lettres archivées ne pouvaient faire l'objet d'un veto, donnant raison au Guardian qui réclamait un droit d'accès. La direction du journal a annoncé qu'elles seraient publiées sur le site internet du quotidien et sur celui de l'Information Commissioner's Office, l'autorité indépendante qui veille au droit d'accès à l'information et aux documents administratifs. Le contenu de ces lettres, rédigées à la main et baptisées par la presse britannique les "Black Spider Memos" en raison des caractéristiques de l'écriture du prince, reste pour l'heure confidentiel. Mais s'il apparaît que le prince Charles y exprime des désaccords sur la conduite des affaires publiques ou tente d'influencer la politique suivie par le gouvernement, il serait en rupture avec la règle non écrite voulant que les membres de la famille royale britannique s'en tiennent à une neutralité politique. En mars, lorsque la Cour suprême a autorisé la publication, le Premier ministre conservateur David Cameron a fait part de sa "déception" et déploré que les magistrats n'aient pas retenu "le principe voulant que des membres de la famille royale peuvent exprimer confidentiellement leurs opinions au gouvernement". Clarence House, la résidence officielle du prince à Londres, avait pareillement regretté que le "principe de l'intimité" n'ait pas prévalu. (Stephen Addison; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant