La Corée du Sud renforce la cybersécurité de ses centrales

le
0

par Jack Kim et Meeyoung Cho SEOUL, 23 décembre (Reuters) - La Corée du Sud a renforcé mardi la cybersécurité de ses centrales nucléaires après l'attaque informatique qui a visé l'une d'entre elles, attaque qualifiée de "grave" et d'"inacceptable" par la présidente Park Geun-hye. La compagnie Korea Hydro and Nuclear Power (KHNP), opérateur des 23 réacteurs nucléaires de Corée du Sud, a déclaré lundi que ses systèmes informatiques avaient été attaqués, ce qui a provoqué une alarme dans le pays, lequel est toujours techniquement en état de guerre avec la Corée du Nord. La présidente Park a ordonné une inspection des systèmes de protection des infrastructures nationales, dont les centrales nucléaires, face à ce qu'elle a appelé le "cyberterrorisme". Les autorités ont relevé l'alerte d'un cran pour toutes les entreprises nationales, passant du niveau "attention" à "prudence". L'opérateur des centrales, qui fait partie de la société nationale Korea Electric Power 015760.KS , a déclaré que seules des données secondaires avaient été dérobées et que le fonctionnement des centrales nucléaires ne présentait aucun risque. "Les centrales nucléaire sont des bâtiments de très haute sécurité qui affectent directement la sécurité du peuple", a déclaré Park lors d'un conseil des ministres. "Une situation grave, inacceptable, est apparue(...)", a-t-elle dit à propos de cette cyberattaque. Quelques heures après les déclarations de la présidente, un internaute affirmant avoir piraté l'opérateur nucléaire a mis en ligne de nouvelles menaces et un nouveau lot de données, sur le même compte Twitter que celui utilisé pour de précédentes menaces et fuites de données. "Nous examinons cette affaire. Nous pensons que cela émane du même utilisateur", a déclaré à Reuters un responsable du parquet sud-coréen chargé de l'enquête sur les fuites de données. Un haut responsable sud-coréen avait déclaré plus tôt ne pas exclure que Pyongyang soit à l'origine de cette cyberattaque. A cet égard, Séoul a demandé l'aide de Washington, a-t-il ajouté. Le ministère de la Défense a par ailleurs déclaré vouloir doter son armée d'une "cyberdivision" susceptible d'améliorer les capacités de défenses sud-coréennes contre le piratage informatique. (Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant