La Corée du Sud éteint ses lumières pour faire des économies

le
0
Le pays du Matin-Calme doit importer 97 % de ses besoins énergétiques et 82 % de ses approvisionnements pétroliers proviennent du Moyen-Orient.

Face à l'envolée des cours pétroliers, la Corée du Sud sonne le branle-bas de combat. Lundi, à minuit, les gigantesques ponts d'acier enjambant le fleuve Han, à Séoul, et les principaux monuments de la capitale ont basculé dans l'obscurité. Une coupure d'électricité décrétée par le gouvernement qui a interdit tout éclairage «non essentiel» afin de réduire d'urgence la facture énergétique. Séoul a déclenché l'alerte «jaune», la troisième sur une échelle de quatre, après que le prix du baril de brut a dépassé la barre des 100 $ à Dubaï, pendant cinq jours consécutifs. Les éclairages de façades des immeubles d'habitations, les gratte-ciel ainsi que les panneaux publicitaires ou enseignes de bars doivent s'éteindre, sous peine d'une amende de 2000 euros. Et les fonctionnaires sont priés de laisser leur voiture à la maison au moins une fois par semaine.

 

Menace sur la croissance 

 

Depuis le déclenchement des révoltes au Moyen-Or

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant