La Corée du Nord tire trois missiles pendant le G20

le , mis à jour à 22:23
0
 (Actualisé avec réunion du Conseil de sécurité, 6e paragraphe) 
    SEOUL, 5 septembre (Reuters) - La Corée du Nord a procédé 
lundi au tir de trois missiles balistiques au large de la côte 
orientale de la péninsule, a annoncé l'armée sud-coréenne, qui y 
voit une démonstration de force probablement destinée à frapper 
les esprits des dirigeants du G20 réunis en Chine pour leur 
sommet annuel.  
    Les missiles ont été tirés peu après midi (03h00 GMT) de la 
région occidentale de Hwangju, au sud de la capitale, Pyongyang, 
a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense dans un 
communiqué repris par l'agence de presse Yonhap.  
    Il s'agissait de missiles de moyenne portée de type Rodong 
qui ont volé sur une distance d'un millier de kilomètres, a 
précisé par téléphone un responsable de l'état-major. 
    Les missiles sont probablement tombés dans la zone 
économique exclusive du Japon et leur tir constitue une grave 
menace à la sécurité de l'archipel, a déclaré le ministère 
japonais de la Défense. 
    Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a dit quant à lui 
au président américain Barack Obama que ces tirs de missiles 
étaient "impardonnables", a indiqué un porte-parole du 
gouvernement nippon.  
    Ces nouveaux essais balistiques sont interdits par les 
résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, instance 
qui se réunira mardi matin à huis clos pour discuter de ces 
nouveaux tirs expérimentaux nord-coréens, ont fait savoir des 
diplomates. 
    Ces essais surviennent en plein sommet du G20 à Hangzhou, en 
Chine, où la question coréenne a été abordée notamment par le 
président chinois Xi Jinping et son homologue sud-coréenne Park 
Geun-hye lundi lors d'une rencontre bilatérale.   
    La Chine est le principal partenaire diplomatique de 
Pyongyang. 
    Lors de son entretien avec Park Geun-hye, Xi Jinping  a 
réaffirmé l'engagement de la Chine en faveur d'une 
dénucléarisation de la péninsule coréenne mais il lui a 
parallèlement fait part de son opposition au déploiement par les 
Etats-Unis de batteries antimissile THAAD en Corée du Sud, a 
rapporté l'agence Chine nouvelle. 
         
    DÉFIS 
    Washington et Séoul se sont accordés en juillet sur le 
déploiement de ces systèmes antimissile "Terminal High Altitude 
Area Defense" pour faire face aux menaces nucléaires et 
balistiques du Nord. 
    La présidente sud-coréenne a répondu à Xi que "le quatrième 
essai nucléaire de la Corée du Nord (en janvier dernier) et ses 
provocations en matière de missiles balistiques cette année ont 
gravement nui à la paix dans la péninsule et dans la région et 
posent un défi au développement des relations entre la Corée du 
Sud et la Chine", a rapporté l'agence Yonhap. 
    Le ministère chinois des Affaires étrangères a émis le 
souhait que les parties impliquées évitent toute mesure 
susceptible de faire monter un peu plus la tension dans la 
péninsule coréenne. 
    L'Union européenne a jugé pour sa part que Pyongyang devait 
mettre fin à son programme "illégal" de missiles balistiques, 
qui ne fait, selon elle, qu'aggraver les tensions régionales. 
    Quant aux Américains, ils ont condamné les tirs de missiles, 
et un haut responsable de l'administration Obama a déclaré que 
Washington allait oeuvrer, lors des rencontres au sommet prévues 
cette semaine, à "renforcer la détermination de la communauté 
internationale" pour que la Corée du Nord ait des comptes à 
rendre. 
    En juillet dernier, le Nord avait déjà lancé trois missiles 
en une seule journée. Les engins, tirés de l'ouest du pays, 
avaient traversé le territoire et plongé dans la mer au large de 
la côte orientale, après avoir volé entre 500 et 600 km.  
    En 2014, le régime communiste avait tiré deux missiles 
Rodong de moyenne portée pendant une rencontre trilatérale entre 
Park Geun-hye, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le 
président américain Barack Obama justement consacrée aux moyens 
de répondre aux défis militaires de la Corée du Nord. 
 
 (Jack Kim et Ju-min Park; Henri-Pierre André, Jean-Stéphane 
Brosse et Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant