La Corée du Nord menace le Sud de "réponse physique"

le
0
 (Actualisé avec commentaires présidence sud-coréenne) 
    SEOUL, 11 juillet (Reuters) - L'armée nord-coréenne a 
annoncé lundi "une réponse physique" à la décision des 
États-Unis et de la Corée du Sud de déployer le système de 
défense antimissile Thaad sur la péninsule coréenne. 
    Washington et Séoul ont annoncé vendredi s'être entendus sur 
le déploiement du système antimissile Thaad (Terminal High 
Altitude Area Defense) dans la péninsule pour faire face aux 
menaces de la Corée du Nord.   
    "Il y aura des mesures de réponse physique de notre part dès 
que seront confirmés le moment et le lieu de déploiement en 
Corée du Sud de cet instrument d'invasion de la suprématie 
mondiale des Etats-Unis, Thaad", déclare l'armée nord-coréenne 
dans un communiqué. 
    "C'est la volonté inébranlable de notre armée de mener une 
frappe de représailles impitoyable et de transformer (le Sud) en 
une mer de feu et un tas de cendres dès que nous aurons l'ordre 
de le faire", lit-on dans le communiqué diffusé par l'agence de 
presse officielle KCNA. 
    Le Nord menace fréquemment d'attaquer le Sud ainsi que les 
intérêts des Etats-Unis en Asie et en Océanie. 
    La décision de déployer le système Thaad, qui a suscité les 
protestations de la Chine, intervient après la mise du dirigeant 
nord-coréen Kim Jong-un sur la liste noire du Trésor américain 
pour violations des droits humains.   
    La Corée du Nord a parlé de "déclaration de guerre" et 
promis une réaction ferme.  
    Adressant apparemment un message à la Corée du Sud, la 
présidente sud-coréenne Park Geun-hye a déclaré lundi que le 
système Thaad n'avait pas pour but de viser un pays tiers mais 
seulement de contrer la menace émanant de la Corée du Nord. 
    "Je suis certaine que la communauté internationale sait bien 
que nous n'avons aucune intention d'aucune sorte de viser un 
autre pays quel qu'il soit ou de le menacer", a déclaré la 
présidente lors d'une réunion avec ses conseillers. 
    Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a 
déclaré samedi que Thaad dépassait les besoins de la péninsule 
coréenne en matière de sécurité et a suggéré qu'il y avait un 
"complot derrière cette décision". 
    Selon le ministère sud-coréen de la Défense, le choix du 
site de déploiement du Thaad pourrait intervenir "d'ici quelques 
semaines", le but étant qu'il soit opérationnel pour la fin 
2017. 
    Les Etats-unis ont 28.500 militaires en Corée du Sud, 
héritage de la Guerre de Corée entre 1950 et 1953. 
 
 (Jack Kim et Ju-min Park; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant