La Corée du Nord défie les Etats-Unis et ne cédera pas au «chantage»

le
0
La Corée du Nord défie les Etats-Unis et ne cédera pas au «chantage»
La Corée du Nord défie les Etats-Unis et ne cédera pas au «chantage»

Au lendemain d'un essai nucléaire, la Corée du Nord bombe le torse. Ce samedi, elle défie les Etats-Unis en affirmant qu'elle ne pliera pas devant le «chantage» américain.

 

«L'époque où les Etats-Unis pouvaient faire un chantage nucléaire unilatéral à la RPDC (ndlr. nom officiel du pays : République populaire et démocratique de Corée) est révolue», écrit le «Rodong Sinmun», journal officiel du parti au pouvoir à Pyongyang, la capitale. «Les Etats-Unis sont exaspérés par les mesures militaires fortes prises progressivement par la RPDC», ajoute le journal.

 

La présidente sud-coréenne est «une sale prostituée»

 

Le journal répond également aux critiques de la présidente sud-coréenne formulées dans la foulée de l'essai nucléaire de vendredi, la qualifiant de «sale prostituée» des forces étrangères. «Notre patience, comme celle de la communauté internationale, a atteint ses limites», a déclaré la présidente Park Geun-Hye, dénonçant «l'inconscience maniaque» du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé vendredi soir de s'atteler à une nouvelle résolution pour imposer des sanctions à Pyongyang. Dans une déclaration unanime, les 15 membres du Conseil de sécurité, dont la Chine, alliée de Pyongyang, ont indiqué qu'ils allaient «commencer immédiatement à travailler sur des mesures appropriées, selon l'article 41 de la Charte de l'ONU, et sur une résolution du Conseil». Cet article concerne «des mesures n'impliquant pas l'utilisation de la force armée». Les Etats-Unis, la France et le Japon ont réclamé de nouvelles et lourdes sanctions contre la Corée du Nord, déjà frappée par de très sévères restrictions économiques, financières et commerciales. 

 

L'ambassadeur chinois, Liu Jieyi, s'est montré très prudent, estimant qu'il fallait «s'abstenir de toute provocation des deux côtés». Or pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant