La contrefaçon séduit un tiers des Français

le
7
Les consommateurs ont de moins en moins de gêne à acheter des produits contrefaits. Le phénomène s'aggrave.

Acheter des produits contrefaits complexe de moins en moins les consommateurs. Selon une étude Ifop pour l'Union des fabricants (Unifab) parue ce vendredi, plus d'un Français sur trois s'est déjà laissé tenté par l'achat de copies illégales. «Et clairement, la tendance est à l'augmentation», constate Stéphane Truchi, président du directoire de l'Ifop.

L'évolution des pratiques a déshinibé les consommateurs. Loin devant la vente à la sauvette, qui donne de fait à l'acheteur le sentiment d'être dans l'illégalité, Internet est maintenant le premier réseau d'achat de produits contrefaits. «L'acte d'achat de contrefaçon se normalise. Sur la toile, on procède de la même façon pour acheter un produit original ou contrefait. En plus, l'internaute est anonyme. C'est un terreau formidable pour la contrefaçon», explique Stéphane Truchi.

«Achat malin»

Conséquence de ces nouveaux usages, le phénomène prend de l'ampleur. «Les saisies de produits contrefaits par les Douanes ont augmenté très sensiblement ces dernières années», constate Francis Bonnet, adjoint au directeur général des Douanes. Les produits copiés ne se limitent plus à l'univers de luxe. Les CD et DVD constituent aujourd'hui le plus gros des saisies réalisées (44%), devant les cigarettes (23%). Les médicaments, les jouets, les cosmétiques rencontrent un succès croissant. Loin devant les griffes luxueuses qui attirent l'attention, six marques sur dix contrefaites sont des marques de sport.

Surtout, le regard des consommateurs à l'égard de la contrefaçon a changé. «On constate, de plus en plus, que les acheteurs ont un discours militant. La contrefaçon mettrait à la portée du plus grand nombre des produits trop coûteux», explique Stéphane Truchi. Pour les deux tiers des personnes interrogées, l'achat de produits contrefaits s'apparente à un «achat malin», une bonne affaire. Un discours qui tend à s'accroître avec la crise. Et qui trouve d'autant plus d'échos que pour ces consommateurs fans de produits contrefaits, la sanction apparaît comme une menace très lointaine.

LIRE AUSSI :

» Explosion des saisies douanières dans les colis

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.voyant le dimanche 4 déc 2011 à 18:18

    La contrefaçon existe parce que les margent sont énormes sur certains produits.Dans la parfumerie de luxe le prix réel du produit actif c'est à dire le liquide dans le flacon n'est que de 15% du prix total.Le reste ne sont que publicité, PLV, taxe, flaconnage et marges des revendeurs.Je viens d'acheter un parfum j'ai eu une ristourne de 40% chez MarionnaudTant que les distributeurs pourront faire des ristournes de 40% sans perdre d'argent il y aura de la marge pour la contrefaçon.

  • c.voyant le dimanche 4 déc 2011 à 18:10

    C'est plus facile de mettre des contraventions aux honnêtes conducteurs que de s'attaquer aux vrais problèmes de sociétés.

  • pichou59 le vendredi 2 déc 2011 à 21:01

    il faut contrôler aussi les sîtes de ventes aux enchères, petites annonces.....ils regorgent de contrefaits

  • papymujo le vendredi 2 déc 2011 à 18:02

    Tant qu'internet restera Anonyme, cela donnera court à tous les trafic.....Du fait de l'Anonymat on est dans une zone de non droit.

  • M2726597 le vendredi 2 déc 2011 à 17:26

    Faux! tous les français utilisent des médicaments génériques avec la bénédiction de l'Etat

  • pcur le vendredi 2 déc 2011 à 15:18

    On leur souhaite bon courage avec leur crème de beauté cancérigène !

  • chato13 le vendredi 2 déc 2011 à 13:59

    Moi, je n'aime pas les objets "de marque". Donc je ne risque pas d'acheter des produits contrefaits ; je préfère acheter des produits sans marque mais de qualité. Je ne pense pas être la seule !