La construction en bois va continuer à s'étendre en ville

le
1

Un appel à manifestation d’intérêt permettra de retenir une dizaine de site en France pour accueillir des tours en bois. Une façon de relancer l’activité de la filière forestière tricolore.

Le ministère de l’Agriculture et de la Forêt a lancé mardi un appel à manifestation d’intérêt pour trouver des collectivités susceptibles d’accueillir des immeubles de grande hauteur en bois, afin notamment de relancer l’activité de la filière forestière. Après examen des dossiers, une dizaine de sites seront retenus en septembre, puis un concours lancé fin décembre. Les lauréats seront dévoilés en juin 2017. L’objectif est de construire en 2018, des immeubles d’au moins 9 étages en bois.

L’idée est de «faire émerger des projets exemplaires et démontrer qu’on peut faire (des immeubles) en ossature bois et dépasser les difficultés techniques, alors qu’il y a encore beaucoup d’appréhension», a précisé le ministère. Outre l’intérêt écologique du bois, notamment en matière d’économies d’énergie, ces constructions utiliseront du bois français, voire local, afin de relancer la filière en amont.

Beaucoup d’importations

«On importe encore beaucoup de bois en France, c’est dommage de passer à côté d’une filière aussi importante», a souligné lors d’une conférence de presse la ministre du Logement Emmanuelle Cosse. «Les actions pour développer la filière avancent», a-t-elle affirmé, indiquant «travailler avec Ségolène Royal, à la mise en oeuvre d’une nouvelle réglementation environnementale sur la construction, notamment à énergie positive», a précisé Mme Cosse.

Et afin de favoriser l’utilisation de matériaux bas carbone, «bio-sourcés», les ministères travaillent à «une labellisation des projets», tandis qu’un plan de 30 millions d’euros «finance la montée en compétence des artisans». Une nouvelle génération d’éco-quartiers «avec un travail sur le label, pour améliorer le confort» des usagers notamment, doit voir le jour.

Seulement 10% de bois parmi les matériaux de construction

«On utilise à peine 10% de bois parmi les matériaux de construction en France, contre 35% aux Etats-Unis. Nous avons un retard à combler», a souligné de son côté le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. «L’enjeu c’est aussi de trouver des débouchés pour la filière», notamment «à l’international», a-t-il dit, en «valorisant les résineux, mais aussi les feuillus».

«Ce matériau fait partie des grands enjeux de la COP 21. Un mètre cube de bois c’est une tonne de carbone stockée», a rappelé M. Le Foll. La filière bois représente 440.000 emplois mais aussi 10% du déficit total de la balance commerciale française. Un rapport du Sénat de 2015 très critique à l’égard de la politique forestière française, a estimé que les soutiens à l’usage du bois dans la construction restaient «modestes, alors qu’il s’agit du principal débouché en France» pour le bois matériau.

Du côté des plus sceptiques, certains pointent le manque de maîtrise dans certains de ces proejts et éco-quartiers en bois. C’est ainsi que naît à Paris un début de polémique sur la halle Pajol, vaste construction mêlant habillage bois et panneaux solaires et qui semble se dégrader rapidement alors qu’elle n’a pas quatre ans. Certes, le bois se patine en vieillissant et son aspect évolue mais des expertises doivent déterminer si le problème n’est pas plus sérieux et menaçant pour la structure.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • benoitdh il y a 6 mois

    On n'apprend pas les leçons de l'histoire et quid des incendies qui ont ravagés villes et villages jusqu'au 19èmesiècles en Europe et ailleurs. iIl faut raison garder et se méfier des ""garanties" inifuges;