La construction de maisons individuelles s'effondre

le
20
Pour résister, les leaders du secteur misent sur l'agrandissement d'habitations existantes.

Le sujet est rarement abordé par la ministre du Logement, Cécile Duflot. Probablement parce qu'elle ne porte pas dans son c½ur la maison individuelle, responsable à ses yeux de l'étalement urbain. Traduction, de ces banlieues à perte de vue comme aux États-Unis.

N'empêche, si la construction de logements pique du nez (près de 330.000 unités en 2013 contre un objectif de 500.000 fixé par François Hollande), l'effondrement du marché de la maison individuelle en est grandement responsable. «En 2013, on en aura construit 105.000 contre 170.000 en 2010, se désole Christian Louis-Victor, président de l'Union des maisons françaises. Depuis trois ans, c'est une chute ininterrompue.»

Trois facteurs expliquent ce retrait: l'application de la RT 2012, une norme qui a fait bondir le prix des maisons individuelles de 7 à 8% par mètre carré en 2013 augmentant les exigences en matière d'isolation et de consommation énergétique. Par ailleurs, le reformatage à la baisse du PTZ + (prêt à taux zéro) a désolvabilisé beaucoup de ménages modestes, la princi­pale clientèle des constructeurs de maisons individuelles. Enfin, les banques ont réduit l'accès au crédit demandant au minimum 20% d'apport contre 5% auparavant.

Cap sur la rénovation

Le résultat? Les professionnels de ce secteur sont à la peine. Selon Caron Marketing qui ausculte ce marché, 200 petits opérateurs auront disparu en 2013. Aujourd'hui, il n'en reste plus que 1 900, alors qu'ils étaient 3 000 il y a une dizaine d'années. Ainsi, le constructeur de maisons en bois Oregon, qui bâtissait une centaine d'unités par an notamment dans le Nord, a disparu en 2013.

Même les leaders tirent la langue. Le numéro un du secteur, Maisons France Confort, aura vu son chiffre d'affaires reculer de presque 50 millions d'euros (vraisemblablement 515 millions en 2013) et ses profits reculer de 7 millions (probablement 20 à 21 millions l'année dernière). «Pour résister et offrir des produits moins chers aux clients, nous avons réduit la taille de nos maisons, explique Jean-Christophe Godet. Aujourd'hui, une maison avec trois chambres fait plutôt 80 m2 contre 85 m2 avant.»

Autre créneau investi récemment par ce groupe, la rénovation et l'extension des maisons existantes. «Avec Rénovert, nous comptons réaliser dans cinq ans 50 millions d'euros dans cette activité, contre 8 millions en 2013, affirme-t-il. Il y a un gisement de clientèle prêt à débourser 40.000 à 50.000 euros pour avoir une pièce supplémentaire de 20 à 30 m2.» Enfin, le groupe qui avait une politique de croissance externe très développée l'a mise entre parenthèses en 2013 où il n'a fait aucune acquisition. Il ne voulait pas acheter une société alors que la crise bat son plein.

La vie est dure aussi pour Geoxia, connue pour sa marque Maisons Phénix. En 2013, cette entreprise aura vendu seulement 4000 maisons contre 5000 il y a deux ans. Du coup, le groupe serre ses coûts. «Nous ne remplaçons pas les départs», reconnaît Patrick Leleu, président de Geoxia. Parallèlement, en 2013, il a relancé sa marque phare, Maisons Phénix, avec une architecture un peu plus soignée et moderne.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wchris le samedi 25 jan 2014 à 11:52

    Manquerait que ces idi.ots de gouvernants de tout poils qui réfléchissent comme des comptables fiscalisateurs fassent payer un "impôt sur un loyer fictif" aux propriétaires ... et là c'est sûr, plus de clients, et tout le monde ferme ses portes direction l'anpe. Youpi ! quelle idée géniale faudrait donner la légion d'honneur de la con.nerie à celui qui a émis l'idée en premier.

  • 445566ZM le mercredi 22 jan 2014 à 19:17

    Les banques ont du mal à preter aux clients sans apport personnel. Ils indiquent qu'ils ne savent pas économiser.

  • d.e.s.t. le vendredi 17 jan 2014 à 10:52

    Bonne nouvelle pour les propriétaires, moins bonne pour les futurs acquéreurs: ça va encore faire monter les prix!

  • TL70190 le lundi 13 jan 2014 à 13:14

    la duflot , la roulotte c'est ce qu'elle nous promet pour tous , alors qu'elle rejoigne sa caravane ...

  • M1945416 le lundi 13 jan 2014 à 11:25

    alors imaginons, vous voyez l'appart de vos rêve , 10 000 euros de plus que vous avez prévus (sur votre crédit de 15 -20 ans c'est rien ) , alors vous le laissez passer, en espérant que le prix baisse (et en continuant de payer des loyer) ou vous le prenez ? j'ai des amis qui regrettent encore un appart qui leurs est passé sous le nez comme ça ...

  • M1945416 le lundi 13 jan 2014 à 11:17

    soit on est locataire, soit on devient propriétaire , faut bien se loger, donc la question est : ce bien me convient-il a ce prix ou non .... a chacun de faire son calcul

  • supersum le lundi 13 jan 2014 à 11:06

    @ben.doir Moi je suis un (ex) bailleur privé qui vends et vous vous etes quoi, un spectateur ?

  • BRU.LACO le lundi 13 jan 2014 à 10:56

    c'est jamais de votre faute mas7 bien sur mettons cela au compte des autres mais qu'elle banque ? pourquoi sont elles retissantes ? et les prix ils sont comment pour toujours vous gaver !! arretez de prendre les gens pour des cons

  • ben.doir le dimanche 12 jan 2014 à 14:57

    0our supersum et lompala qui prenaient les articles boursorma comme référence ca tombe bien l'article suivant vient détruire vos arguments en bois (pénuirie, hausse des prix sans fin...):http://www.boursorama.com/actualites/immobilier--pour-vendre-moderez-vos-prix-7289b3c5ca2912c728e7289233fd73f9En fait on nous aurez menti : stock important , modérez vos prix....Les masques tombent...

  • ben.doir le dimanche 12 jan 2014 à 14:53

    Vous êtes marrant notamment supersum et lompala a croire à la pénurie et à la hausse sans fin de l'immobilier. Les ventes baissent et le prix va baisser aussi. Gauche ou droite la baisse est inéluctable et salutaire. Au moins dans d'autres pays ca a pété et la reprise va avoir lieu. En france la fin des defisc et ptz est 1 bone chose