La construction de logements en France reste au point mort

le
0
La construction de logements en France reste au point mort
La construction de logements en France reste au point mort

La crise du mal-logement risque de durer malgré les engagements politiques. La construction de logements neufs en France n'en finit pas de reculer, le déficit de l'offre s'aggravant de mois en mois et rendant inatteignable l'objectif de 500 000 logements construits par an qui permettrait de répondre aux besoins.

Selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi, les mises en chantier de logements neufs ont encore diminué de février à avril, se repliant de 17,6% sur un an, pour s'établir à 69.925 unités. La chute a donc tendance à s'accélérer, puisqu'elle était de 11,4% sur les trois premiers mois de l'année. De février à avril, les mises en chantier de logements ordinaires sont ressorties en baisse encore plus forte, de 20,5%, pour 64.045 constructions de logements lancées, tandis que le segment plus restreint des logements en résidence (seniors, étudiants...) grimpait, lui, de 35,6% avec 5.880 unités.

Les mises en chantier au plus bas depuis 10 ans

Si ce segment des logements en résidences services échappe à la morosité, il ne peut à lui seul inverser la tendance générale, notent les professionnels. Et il faudra attendre la fin du premier semestre pour savoir si son rebond est durable ou non. Sur les douze mois écoulés entre mai 2013 et avril 2014, le nombre de logements neufs mis en chantier affiche un recul plus modéré, de 6,5%, à 316 370 unités. Mais les mises en chantier des douze mois écoulés connaissent une érosion constante, puisque le recul n'était encore que de 4% à fin mars et de 2% à fin février.

«Malheureusement, lorsqu'on regarde les chiffres sur douze mois glissants, le nombre de mises en chantier est tombé d'environ 322.000 à 316.000. C'est une descente continue», a commenté François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Les mises en chantier évoluent ainsi à leurs plus bas niveaux depuis dix ans.

Les municipales ont ralenti le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant