La consommation d'électricité presque stable l'an dernier en France

le
0
La consommation d'électricité presque stable l'an dernier en France
La consommation d'électricité presque stable l'an dernier en France

Faut-il y voir le signe d'une prise de conscience écologique ou d'un ralentissement économique ? La consommation d'électricité a faiblement augmenté l'an dernier, de +1,1%, pour atteindre 495 térawattheures (TWh) contre 489,5 TWh en 2012, selon le bilan annuel de RTE, la filiale d'EDF. Cette légère augmentation est due à des conditions climatiques un peu plus froides au premier semestre. Sans ce facteur météo, la consommation aurait stagné, loin du record de 2010 (513,2 TWh).

Dans le détail, la consommation des particuliers, des professionnels et des PME/PMI «tend à se stabiliser (+0,3%) après plusieurs années de hausse», a indiqué RTE. Outre le facteur économique qui a freiné les revenus des ménages, «il y a là la marque de mesures relatives aux économies, comme l'interdiction des lampes à incandescence», a expliqué Dominique Maillard, le président de RTE. «Il y a aussi des effets plus structurels liés à des équipements plus performants», a-t-il précisé. Chez les industriels, la consommation électrique a reculé de 2,5% l'an dernier, mais de façon «moins marquée» qu'en 2012.

73,3% de l'électricité vient du nucléaire

Concernant la production d'électricité, elle a progressé de 1,7% à 550,9 TWh. La production des énergies renouvelables (hors hydraulique) s'est également inscrite en hausse, de 8,1% à 25 TWh, mais la production nucléaire est restée dominante, avec une part de 73,3% (-0,3%).

En revanche, celle des centrales au fioul ou au gaz a poursuivi son mouvement de baisse et chuté de 20%, en raison du recul des cours internationaux du charbon dû à l'essor du gaz de schiste aux Etats-Unis. Cela a favorisé la production issue de centrales recourant à cette ressource fossile (+14%).

La France est restée le plus grand exportateur de courant de l'Europe de l'Ouest, le solde des échanges avec les pays voisins s'établissant à 47,2 TWh (+6,8%). Le pays a toutefois été importateur net (de 9,8 TWh) ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant