La conjoncture reste bonne en Espagne malgré l'impasse politique

le , mis à jour à 11:20
0
RALENTISSEMENT DE L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE EN ESPAGNE AU 2E TRIMESTRE
RALENTISSEMENT DE L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE EN ESPAGNE AU 2E TRIMESTRE

MADRID (Reuters) - La croissance de l'économie espagnole est restée vive au deuxième trimestre, grâce à une demande des ménages toujours aussi soutenue et à une hausse des exportations et ce malgré l'impasse politique dans laquelle se trouve le pays depuis la fin 2015.

L'Espagne est privée de majorité parlementaire depuis les élections législatives de décembre dernier. Le scrutin anticipé de juin n'a pas permis de débloquer la situation, l'émergence de Ciudadanos et de Podemos, à gauche, ayant privé le PP, arrivé en tête des deux scrutins, de la majorité absolue au Congrès des députés.

Le Premier ministre sortant Mariano Rajoy a dit la semaine dernière qu'il se soumettrait à un vote d'investiture au Parlement, programmé à la fin du mois, mais rien ne garantit qu'il obtiendra cette investiture, ce qui fait planer la perspective de nouvelles élections d'ici Noël.

Si le blocage politique ne semble pas avoir à ce stade freiné la croissance, certains s'inquiètent de son impact sur les projets d'investissement, publics et privés.

En attendant, le produit intérieur brut (PIB) espagnol a augmenté de 0,8% sur la période avril-juin, affichant ainsi l'un des taux de croissance les plus élevés de la zone euro, selon les données définitives publiées jeudi par l'Institut national de la statistique (INE).

Ce taux de croissance est similaire à celui enregistré au premier trimestre et est même supérieur de 0,1 point de pourcentage à une première estimation de l'INE.

Sur un an, la croissance a été de 3,2% au deuxième trimestre, ce qui représente un léger ralentissement par rapport à celle du premier, ressortie à 3,4%.

La consommation des ménages a augmenté de 3,6% sur un an, avec notamment un pic des achats de biens durables, telles des machines à laver.

Sur l'ensemble de 2016, la hausse du PIB pourrait être de 2,9%, soit plus que l'objectif officiel de 2,7%, a déclaré le mois dernier le ministre de l'Economie Luis de Guindos.

A fin juin, l'endettement brut du pays avait atteint le niveau record de 1.100 milliards d'euros, selon des données publiées mercredi par la Banque d'Espagne, un total qui représente selon le ministère de l'Economie 100,9% du PIB, soit un ratio supérieur aux objectifs fixés pour 2016.

(Angus Berwick, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant