La confiscation du véhicule, ultime stade de la répression

le
0
DROIT DE LA ROUTE - Pour mieux comprendre l'environnement juridique de l'automobiliste et lui permettre de mieux se défendre.

Prise en vertu d'une décision de justice, la confiscation d'un véhicule renvoie en général aux crimes et délits passibles d'une peine d'emprisonnement d'un an ou plus (art. 131-21 du Code pénal). La confiscation peut être également prononcée par le tribunal correctionnel, en cas d'une mise en danger d'autrui par la violation délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence.

En pratique

La jurisprudence est complexe en ce qui concerne la notion de mise en danger d'autrui. Les juges déterminent, au regard des faits, si le conducteur a eu un comportement aggravant l'infraction commise. C'est le cas, par exemple, de la conduite en état d'ivresse pour un chauffeur routier, du franchissement délibéré d'un feu rouge ou encore d'un dépassement effectué en côte.

La constitutionnalité de l'article 131-21 a récemment été remise en cause sous l'angle d'une atteinte au droit de propriété garantie par les articles 2, 8 et 17 de la Déclaration des droits de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant