La confiance du consommateur à un plus haut de cinq ans aux USA

le
3
LE SENTIMENT DU CONSOMMATEUR AMÉRICAIN EN FORTE HAUSSE EN OCTOBRE
LE SENTIMENT DU CONSOMMATEUR AMÉRICAIN EN FORTE HAUSSE EN OCTOBRE

NEW YORK (Reuters) - Le sentiment du consommateur américain a fortement progressé contre toute attente en octobre, à son plus haut niveau en cinq ans, dans un climat plus optimiste pour l'avenir, montre l'indice Thomson Reuters/Université du Michigan publié vendredi.

Cet indice est ressorti à 82,6 ce mois-ci, en estimation définitive, contre 83,1 en première estimation et 78,3 en septembre. Il est toutefois inférieur au consensus qui le donnait à 83,0.

Les anticipations du consommateur se également améliorées, leur indice s'inscrivant à 79,0, contre 79,5 en première estimation et 73,5 en septembre. Le consensus attendait 79,8.

Le sentiment vis-à-vis de la situation actuelle s'est également amélioré, avec un indice de 88,1, contre 88,6 en première estimation (85,7 en septembre) mais reste inférieur au consensus à 89,0.

Les anticipations d'inflation sur un an sont confirmées à 3,1% et la prévision d'inflation à un horizon de cinq s'établit à 2,7% contre 2,6% en première estimation.

Catherine Monin pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gaia2011 le vendredi 26 oct 2012 à 17:49

    Et oui en France on sait encore analyser et réfléchir, on a pas encore le cerveaux embrouillé par la surmédiatisation de la parole dictée par une "loi du marché" rabâchée à longueur de journée partout et sur tous les tons. La pensée unique dans toute sa splendeur et gare à qui ose dire le contraire !

  • M2941863 le vendredi 26 oct 2012 à 17:25

    C'est justement l'optimisme qui manque en france ... Les Américains ne passent pas leur temps à se plaindre, ils travaillent sur différends jobs en même temps et n'attendent pas les aides, les alloc et les 35H ... MDR !

  • lelis le vendredi 26 oct 2012 à 17:09

    Les Américains... Toujours optimistes... entre deux crises qu'ils s'infligent ainsi que (et surtout) au monde.