La confiance des écologistes à Manuel Valls loin d'être acquise

le
1
LES ÉCOLOGISTES LAISSENT PLANER UN DOUTE SUR LE VOTE DE CONFIANCE
LES ÉCOLOGISTES LAISSENT PLANER UN DOUTE SUR LE VOTE DE CONFIANCE

PARIS (Reuters) - Les écologistes laissent planer un doute sur la position qu'ils adopteront mardi lors du vote de la confiance au gouvernement de Manuel Valls, auquel ils n'ont pas souhaité être associés et dont ils attendent des engagements forts.

Ministres dans le précédent gouvernement, Cécile Duflot et Pascal Canfin ont refusé d'intégrer la nouvelle équipe et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a décidé, après un intense débat interne, de ne pas se joindre à l'exécutif.

EELV a invoqué l'absence de changement d'orientation du chef de l'Etat, François Hollande, au lendemain du naufrage de la gauche aux élections municipales, comme l'a rappelé Emmanuelle Cosse, sa secrétaire nationale, dans son discours d'ouverture du Conseil fédéral du parti, samedi.

"Cette déroute électorale, et la fracture démocratique qui s?est exprimée, auraient dû aboutir à un sursaut. Nous appelions de nos voeux depuis longtemps un changement de cap", a-t-elle souligné.

"L'intervention du président de la République, lundi dernier, a montré qu'il n'avait pas eu lieu."

Les écologistes, à qui Manuel Valls a notamment proposé un ministère de l'Ecologie et de l'Energie afin de rédiger la loi sur la transition énergétique, refusent depuis lors de donner des gages au Premier ministre.

Manuel Valls doit les recevoir lundi après-midi et le sénateur Jean-Vincent Placé, qui faisait partie de la délégation venue discuter d'une participation au gouvernement en début de semaine, espère obtenir des engagements.

"Nous aurons une discussion sur son intervention le lendemain, sur le discours de politique générale et j'espère qu'il sera en situation de nous redire ce qu'il nous avait dit sur la transition énergétique, sur le pacte de solidarité, sur la question de la rénovation des institutions", a-t-il dit sur i>Télé.

"J'espère pouvoir être en situation de donner notre confiance à Manuel Valls mardi prochain mais là, nous aurons une discussion politique avec lui, c'est bien naturel", a-t-il ajouté.

Le Parti socialiste aura besoin de tous ses soutiens, mardi lors du vote, car sa majorité à l'Assemblée est mise en péril par la fronde de plusieurs dizaines de députés qui réclament, comme EELV, un coup de barre à gauche.

Le groupe écologiste au Palais Bourbon compte 17 députés dont certains étaient partisans d'un maintien au gouvernement.

François de Rugy, co-président du groupe à l'Assemblée, étaient de ceux-là mais lui aussi a souligné samedi que son vote n'était pas acquis, disant attendre la réunion avec Manuel Valls pour se prononcer.

"On ne croit que ce qu'on voit", a-t-il ajouté au micro d'i>Télé, en référence à la "remise à plat" de l'écotaxe annoncée par la nouvelle ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, écotaxe que les Verts craignent de voir enterrée.

Les parlementaires écologistes arrêteront leur position sur le vote de la confiance lors d'une réunion de groupe mardi.

(Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le samedi 5 avr 2014 à 19:44

    Vont chèrement négocier les places au chaud Dur de ne plus être au coeur du fromage....

Partenaires Taux