La conduite peu exemplaire de «Monsieur PV»

le
2
Selon le site Mediapart , le directeur de l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions ferait payer ses propres contraventions par l'administration.

«Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais». Serait-ce la ligne de conduite du «Monsieur PV» français? C'est en tout cas ce qu'affirme Mediapart . Le site d'information s'intéresse au préfet Jean-Jacques Debacq, directeur de l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions (Antai), l'établissement qui gère les amendes provenant des radars automatisés et du PVE, le procès-verbal électronique. Selon le site, il «fait payer par son administration - c'est-à-dire par le Trésor public - les contraventions routières du dimanche dont son véhicule de fonction, une Peugeot 508, fait l'objet». Stationnement irrégulier, vitesse excessive... Le pourfendeur de l'infraction routière s'éviterait ainsi la perte de points sur son permis de conduire.

Avec des avis de contraventio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SaasFee le samedi 5 oct 2013 à 00:54

    Une raclure de fond de bidet de plus, au coeur de la république..... Savez vous ce qu'on trouveà tous les coups au centre de la raie publique ? ..... Un trou d'´balles !!!

  • g.f.44 le lundi 30 sept 2013 à 22:06

    Bel exemple. Si c'est vrai il faut le virer...sans solde.