La concertation citoyenne propose d'étendre l'obligation vaccinale

le
0
Le rapport du comité d'orientation mis en place par la ministre de la santé pour lutter contre la défiance des Français envers la vaccination a été rendu mercredi.
Le rapport du comité d'orientation mis en place par la ministre de la santé pour lutter contre la défiance des Français envers la vaccination a été rendu mercredi.

Le rapport du comité d’orientation mis en place par la ministre de la santé pour lutter contre la défiance des Français envers la vaccination a été rendu mercredi.

Rendre obligatoires les vaccins recommandés… pour mieux lever ensuite l’obligation vaccinale, telle est l’une des principales mesures proposées par le rapport rendu public mercredi 30 novembre par le Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination.

Originalité de la démarche, ce débat public avait été confié à un comité indépendant de seize personnes représentant la société civile, des professionnels de santé, des chercheurs en sciences humaines et sociales. Présidé par le professeur Alain Fischer, spécialiste en immunologie pédiatrique, et coprésidé par Claude Rambaud, coprésidente du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), le comité a débattu pendant six mois.

Deux enquêtes d’opinion ont été réalisées, deux jurys (l’un de citoyens, l’autre de professionnels de la santé) ont auditionné 44 personnes, un espace ouvert en ligne a recueilli un peu plus de 10 000 contributions – le tout disponible en ligne. L’objectif du dispositif, voulu par la ministre de la santé, Marisol Touraine, était de restaurer la confiance envers la vaccination, très érodée en France.

Coexistence de deux statuts Aujourd’hui, en France, seuls trois vaccins (contre la diphtérie, le tétanos, et la poliomyélite) sont obligatoires. Les autres ne sont que « recommandés ». Ce sont les vaccins contre la coqueluche, le virus de l’hépatite B, la bactérie haemophilus influenzae, le pneumocoque, le méningocoque C et les virus de la rougeole, des oreillons, de la rubéole.

Pour l’e...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant