La compensation accordée à un tueur d'enfant scandalise

le
0
Le juge de Francfort a jugé que la police n'aurait pas dû le menacer de «souffrances inimaginables» pour lui faire avouer la mort du petit Jacob von Meltzer en 2002.

Le tribunal de grande instance de Francfort, qui a condamné le Land de Hesse à verser 3000 euros au tueur d'enfant Magnus G­­äfgen, a refusé de lui reconnaître un statut de victime. Condamné à perpétuité pour le meurtre de Jakob von Metzler, il ­souffre de «problèmes psychiques», a constaté un expert psychiatre. Mais le lien avec la séance d'interrogatoire du 1er octobre 2002, au cours de laquelle des policiers ont reconnu l'avoir menacé de «souffrances inimaginables», n'a pas été établi.

Jakob, 11 ans, fils de banquier, est alors porté disparu depuis quatre jours. Son kidnappeur est interpellé au moment où il saisit la rançon d'un million d'euros. Il mène les policiers vers une fausse cachette. Sur ordre de leur hiérarchie, deux enquêteurs emploient des méthodes plus musclées pour le faire parler. Le cadavre de l'enfant sera retrouvé au fond d'un lac.

Le tueur ne touchera pas l'argent

Pour avoir brandi la menace de torture, les deux policiers seron

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant