La compagnie libyenne veut relancer les exportations de pétrole

le
0
    TUNIS, 14 septembre (Reuters) - La compagnie nationale 
pétrolière libyenne, la NOC (National Oil Corporation), a 
annoncé mardi qu'elle allait immédiatement entreprendre le 
nécessaire pour relancer les exportations à partir des terminaux 
pétroliers dont se sont emparés au cours du week-end les forces 
du général Khalifa Haftar. 
    L'autoproclamée "Armée nationale libyenne" (ALN) du général 
Haftar et le chef, partisan de ce dernier, du parlement de l'est 
de la Libye ont promis que ces terminaux seraient laissés sous 
la responsabilité de la NOC. 
    Saluant cet engagement, le président de la compagnie, 
Moustafa Sanalla, a dit espérer une "nouvelle phase de 
coopération et de coexistence entre les factions libyennes". Il 
a jugé que la production pourrait être relevée d'ici un mois à 
600.000 barils par jour (bpj) contre environ 290.000 bpj 
actuellement. 
    "Nos équipes techniques ont déjà commencé à évaluer ce qui 
doit être fait pour mettre fin à la situation de force majeure 
et reprendre les exportations aussi tôt que possible", dit 
Moustafa Sanalla, cité dans un communiqué. 
    Ces projets devraient toutefois se heurter à des obstacles 
politiques, juridiques et techniques. 
    Les Etats-Unis, la France et quatre autres pays ont ainsi 
exigé lundi le retrait des forces du général Haftar des 
terminaux pétroliers dont elles ont expulsé les troupes fidèles 
au gouvernement reconnu par les Nations unies (Gouvernement 
d'entente nationale, GEN). Ces pays ont prévenu qu'ils feraient 
respecter une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu contre 
les exportations "illicites" en dehors de l'autorité de ce 
gouvernement, auquel Khalifa Haftar s'oppose.   
 
 (Aidan Lewis; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant