La communication sécurisée prend de l'ampleur sous l'ère Trump

le
0
La communication sécurisée prend de l'ampleur sous l'ère Trump
La communication sécurisée prend de l'ampleur sous l'ère Trump

Les outils permettant de partager des informations anonymement et de protéger ses données, suscitent l'intérêt croissant des entreprises de presse, alors que le président Donald Trump a promis de traquer les lanceurs d'alerte et les fuites aux médias.L'un de ses outils, SecureDrop, est déjà utilisé par une trentaine de médias américains et internationaux. Le logiciel offre la possibilité de communiquer sans laisser de traces numériques via des serveurs chiffrés."L'intérêt pour SecureDrop a explosé au cours des deux derniers mois", affirme Trevor Timm, directeur exécutif de la Fondation Freedom of the Press, qui a créé ce logiciel. Il assure que "des dizaines" d'entreprises de presse ont fait part de leur intérêt. "Depuis les élections, il semble qu'il y a une urgence dans ces organisations à mettre en place un moyen plus sûr d'obtenir des informations auprès des lanceurs d'alerte", a-t-il expliqué à l'AFP. Donald Trump a qualifié de "criminelle" la divulgation d'informations classifiées par les membres de l'administration et a promis de punir les auteurs de fuites. L'administration Obama avait déjà très vigoureusement et activement poursuivi les lanceurs d'alerte et avait été souvent critiquée par les défenseurs de la liberté de la presse pour cette raison.Donald Trump va toutefois plus loin dans ses attaques verbales qualifiant régulièrement les médias de "malhonnêtes" et "mensongers". Il a provoqué un tollé la semaine dernière en accusant plusieurs grandes chaînes de télévisions et journaux, comme CNN et le New York Times, d'être des "ennemis du peuple américain". Pour Trevor Timm, la démission du conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, pris au piège de la révélation de ses contacts avec un diplomate russe, est un exemple important du rôle de la presse et des lanceurs d'alerte. "Les fuites permettent au public d'exercer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant