La communication, atout maître de la défense de DSK en cas de procès

le
0
L'avocat star de l'ex-patron du FMI, Me Brafman, pourrait se mettre en avant pour s'adresser aux 12 jurés populaires qui décideront du sort de DSK, lors d'un éventuel procès. Communication, gestuelle, humour, rien ne sera laissé au hasard pour défendre l'ancien ministre.

En cas de procès, le sort de Dominique Strauss-Kahn sera suspendu à la décision du jury. Il reviendra à ces douze jurés populaires de trancher sur la culpabilité ou non de l'ex-patron du FMI, accusé par la justice new-yorkaise d'agression sexuelle et de tentative de viol. Le juge, lui, décidera de son éventuelle peine. Et dans ce nouvel épisode de l'affaire DSK, c'est bien l'avocat star de l'accusé, Benjamin Brafman, qui devrait tenir le haut du pavé, William Taylor, son autre conseil, n'étant pas inscrit au barreau de New York. A moins que le procès n'ait finalement pas lieu ou que Dominique Strauss-Kahn décide de prendre d'autres avocats.

En attendant, Benjamin Brafman, décrit comme un tacticien «pugnace» et «charmeur» par le monde judiciaire new-yorkais, pourrait s'appuyer sur ces qualités pour tenter de convaincre les jurés de l'innocence de DSK, qui réfute depuis le début de l'affaire les faits qui lui sont reprochés. Un art dans lequel l'avocat semble ex...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant