La communauté kurde manifeste à Paris en solidarité avec Kobané

le
0
La communauté kurde manifeste à Paris en solidarité avec Kobané
La communauté kurde manifeste à Paris en solidarité avec Kobané

A 4000 km d'une ville assiégée, les Kurdes ont répondu à l'appel à la solidarité. Aux cris de «Kobané résistance», plusieurs milliers de personnes ont de nouveau manifesté samedi en France, à Paris notamment, en soutien à la ville kurde du nord de la Syrie attaquée par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Rassemblés place de la République, dans le centre de la capitale, les manifestants - 6.000 selon les organisateurs - ont ensuite marché jusqu'à Bastille, derrière une banderole demandant: «Qu'est-ce que vous attendez pour agir ? Un nouveau massacre ?».

Des appels à livrer des armes en Syrie

«Kobané résistera, le peuple vaincra», «Daesh (autre nom de l'EI) no pasaran», pouvait-on aussi lire sur plusieurs pancartes, tandis que de nombreux drapeaux rouges du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) étaient brandis par les manifestants. Plusieurs personnalités d'extrême gauche, dont Olivier Besancenot du NPA, ont pris la parole, appelant le gouvernement français à protéger le peuple kurde face aux jihadistes de l'EI.

A Lyon, 200 à 300 personnes se sont rassemblées place Bellecour et devaient défiler jusqu'à l'Hôtel de ville, avec l'intention de «condamner l'hypocrisie des pays occidentaux, dont la France, à l'encontre des Kurdes de Kobané», selon Azad Dersini, porte-parole du «comité de soutien à la résistance de Kobané».

La Turquie prise à partie

Les manifestants brandissaient des drapeaux du Kurdistan ou à l'effigie du leader emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan. Parmi les revendications exposées dans les tracts : livraison d'armes pour la résistance kurde, retrait du PKK de la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, reconnaissance d'un statut pour le Rojava (nom du Kurdistan syrien) libre et autonome.

Vendredi soir, quelque 400 manifestants s'étaient rassemblés à Bordeaux, demandant notamment que la Turquie «cesse immédiatement son soutien aux jihadistes», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant