La Commission propose d'annuler des amendes contre Madrid et Lisbonne

le
2
    BRUXELLES, 27 juillet (Reuters) - La Commission européenne a 
proposé mercredi d'annuler des amendes qui auraient pu être 
infligées à l'Espagne et au Portugal en raison de leurs déficits 
budgétaires jugés excessifs et a donné à Madrid deux années de 
plus, et à Lisbonne une année supplémentaire, pour revenir dans 
les normes communautaires. 
    "Prenant en considération les efforts passés de l'Espagne et 
du Portugal, un environnement qui est actuellement difficile et 
les arguments exposés dans de récentes requêtes, le collège (des 
commissaires) a décidé aujourd'hui de proposer l'annulation des 
amendes à la fois pour l'Espagne et pour le Portugal", a déclaré 
Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, lors d'une 
conférence de presse. 
    Le droit communautaire stipule que les déficits budgétaires 
des Etats membres ne doivent pas dépasser 3% du produit 
intérieur brut (PIB), une disposition qui vise, entre autres 
choses, à préserver l'euro. 
    Si le déficit dépasse 3%, l'exécutif européen et les 
ministres de l'Union européenne fixent un délai pour normaliser 
la situation. Si l'Etat concerné ne fait rien pour améliorer les 
choses, il encourt une amende. 
    Le Portugal devait ramener son déficit à moins de 3% l'an 
dernier mais n'avait pu faire mieux que 4,4%. Pour l'Espagne, 
l'objectif avait été fixé pour cette année mais le déficit 
risque de rester au-dessus de 3% cette année et la suivante, 
selon les prévisions de la CE.     
 
 (Jan Strupczewski; Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 le mercredi 27 juil 2016 à 15:46

    La France sera ainsi tranquille pour 10 ans. Nous ne sommes pas prêts à être sous les 3%!

  • M4709037 le mercredi 27 juil 2016 à 15:20

    Les règles européennes sont discréditées car le jeu politique fait qu'il y a toujours de bonnes raisons de ne pas les appliquer. Ne pas s'étonner que les peuples ne suivent plus.

Partenaires Taux