La commission "Innovation 2030" d'Anne Lauvergeon installée

le
4
MISE EN PLACE DE LA COMMISSION "INNOVATION 2030"
MISE EN PLACE DE LA COMMISSION "INNOVATION 2030"

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a installé vendredi la commission "Innovation 2030", présidée par l'ancienne dirigeante d'Areva Anne Lauvergeon, destinée à repérer et aider les "champions industriels" de la France de demain.

Doté de 150 millions d'euros, à partager entre cinq et dix lauréats désignés à l'horizon 2014, ce programme est ouvert à tous les créateurs -chercheurs, innovateurs, entreprises, etc...- français ou étrangers souhaitant développer un projet en France.

La commission veut servir de "déclencheur pour accompagner dans la durée les projets les plus prometteurs, à toutes les étapes de leur développement", peut-on lire dans la lettre de mission signée par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

"Il y avait dans l'Antiquité les concours d'art et d'architecture où le mécénat s'exerçait. Aujourd'hui, ce sont des concours sur les défis technologiques qui renvoient toujours à des choix qu'une Nation comme la nôtre décide de faire", a expliqué le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans la cour de l'Elysée où s'est tenue une réunion installant officiellement la commission.

Cette dernière "va fixer le cadre, dire là où la France va mettre ses ressources, ses efforts, ses idées, ses moyens et son avenir", a-t-il ajouté aux côtés de ses collègues de la Recherche, Geneviève Fioraso, et de la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin.

Anne Lauvergeon a déclaré pour sa part vouloir "refaire fleurir l'esprit d'innovation, l'esprit de conquête français", en encourageant des "innovations de rupture".

Des élus, des scientifiques et des industriels figurent au sein de la commission de 20 personnes où l'on trouve notamment le philosophe Michel Serres, l'ancienne spationaute Claudie Haigneré, l'industriel Louis Gallois et le président socialiste de la région Aquitaine, Alain Rousset.

Les lauréats, sélectionnés de façon progressive par élimination, pourront bénéficier d'un financement et d'un accompagnement de la part de l'Etat français.

L'idée est d'aider des projets "là où il n'y a pas de financement de marché", explique un conseiller de l'Elysée. "Les stades en amont de l'innovation, partant d'une idée, d'un besoin".

Dans un deuxième temps, des financements privés seront recherchés pour faire vivre les projets retenus.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le vendredi 19 avr 2013 à 14:57

    BEURK !

  • cavalair le vendredi 19 avr 2013 à 14:11

    Vous parlez de chomage, quel vilain mot, si vous connaissez les bonnes personnes vous retrouvez un job immediatement surtout s'il n'y a rien a faire. Quand au salaire ce sont ces k.ons de contribuables qui payent alors pourquoi se priver

  • M3842128 le vendredi 19 avr 2013 à 13:59

    Emploi fictif

  • M9388280 le vendredi 19 avr 2013 à 13:59

    bravo