La Commission européenne à l'épreuve de la bactérie

le
0
Le dispositif européen, mis en place au début des années 2000, a fonctionné exactement comme l'avaient prévu les ministres de la Santé. Le problème est qu'il n'est pas adapté à l'urgence.

Un an après les cendres du volcan Eyjafjöll, la bactérie tueuse Eceh plonge l'Europe dans la tourmente et la zizanie.

Au dixième jour d'une crise meurtrière, les chercheurs allemands viennent de repartir à zéro dans l'identification de la cause précise de cette mystérieuse épidémie. La course aux récriminations et aux règlements de comptes, en revanche, est déjà bien avancée.

Dans l'affaire de la bactérie tueuse, la Commission européenne fait face à l'habituel télescopage entre son ambition de réglementer sur de multiples fronts et le manque de prise sur les réalités nationales, dès qu'une crise devient transfrontalière, voire continentale. Il n'y a pas eu de dysfonctionnement.

Le dispositif européen mis en place au début des années 2000 a fonctionné exactement comme l'avaient prévu les ministres de la Santé. Le problème est qu'il n'est pas adapté à l'urgence : pour l'essentiel, il laisse l'étage européen sans autorité, ni moyens d'alerte ou d'an

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant