La Commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale dit non à l'« amendement Nutella »

le
0
La forte hausse de la demande mondiale en huile de palme provoque d'importants dommages écologiques.
La forte hausse de la demande mondiale en huile de palme provoque d'importants dommages écologiques.

L'huile de palme destinée aux produits alimentaires pourrait finalement ne pas être surtaxée.


Les industriels, qui s'estimaient boucs émissaires, respirent. Des millions de consommateurs français aussi, même si les dommages perpétrés par l'huile de palme sur les forêts indonésiennes et malaisiennes et leur biodiversité sont connus et même si l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) soutient qu'une consommation excessive d'acides gras ? l'un des péchés mignons de nos concitoyens ? favorise l'obésité ainsi que les maladies cardio-vasculaires.


Adopté il y a quelques jours par le Sénat, le désormais célèbre et très controversé « amendement Nutella », soutenu notamment par le ministre du Budget Jérôme Cahuzac et les associations de protection de l'environnement, vient en effet d'être rejeté par la Commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale à la demande de son rapporteur, le député socialiste de Haute-Garonne Gérard Bapt.


Rappelons que cet amendement prévoyait d'augmenter de 300 % le prix de la tonne d'huile de palme, de palmiste et de coprah destinée à l'usage alimentaire. Une mesure destinée à soutenir la lutte contre la déforestation et qui aurait généré un bénéfice annuel net de l'ordre de quarante millions d'euros.




? mais le match continue



Son invalidation est due au « rejet par le Sénat de l'ensemble du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013 - dans lequel l'amendement avait été introduit -, ce qui a entraîné le rejet de tous les amendements adoptés par les sénateurs », détaillent nos confrères de l'AFP. Les « palmiphiles » n'ont cependant pas encore gagné la partie puisque les députés doivent examiner le PLFSS et ses amendements lundi en séance publique. Le Sénat statuera quant à lui jeudi prochain, mais le dernier mot reviendra à l'Assemblée Nationale, laquelle procèdera à une dernière lecture dans les semaines à venir.


Quelle que soit l'issue, une meilleure sensibilisation de nos compatriotes aux répercussions sanitaires et écologiques de l'exploitation de l'huile de palme et de ses « cousins » serait bienvenue. En attendant, ceux qui disposent d'un iPhone ou d'un Android et sont réceptifs au sujet peuvent toujours se tourner vers l'application proposée par le site Internet www.mesGouts.fr, évoquée avant-hier dans ces colonnes, téléchargeable directement en cliquant sur ce lien et qui scanne plus de onze mille produits en direct dans les rayons des supermarchés. Un outil de choix quand on sait que plus de 13 % des produits alimentaires vendus en grande surface contiennent de l'huile de palme.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant