La « com » de l'Élysée sous le feu des critiques

le
0
François Hollande n'a pas fini de régler les suites de l'affaire Leonarda et des dégâts qu'elle a causés tous azimuts.

L'étrange intervention du chef de l'État, samedi à 13 heures, depuis un salon de l'Élysée, pour trancher le cas d'une famille de déboutés du droit d'asile, ne passe décidément pas dans les rangs de la majorité. Les socialistes ne comprennent par pourquoi, ni comment, le président de la République a pu décider de s'exposer (s'abaisser?) sur un dossier particulier, en laissant ainsi le piège se refermer sur lui. «Ce n'était pas au président de parler, ce n'était pas sa place», soupire un dirigeant PS. «Le chef de l'État a joué le rôle de fusible pour le premier ministre et le ministre de l'Intérieur, c'est curieux!», renchérit l'un de ses amis.

Deux jours après le fiasco, la même question revient, obsédante: à qui la faute? Cible de choix: le dispositif élyséen. Ce n'est pas la première fois que la communication de la présidence, voire la...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant