La Colombie se paye son hôte

le
0
La Colombie se paye son hôte
La Colombie se paye son hôte

Face à une fragile équipe américaine, la Colombie a tranquillement gagné le match d'ouverture du centenaire de la Copa América (0-2). Alors que Zapata a ouvert le score sur corner, James a doublé la mise sur penalty. Les hommes de Pékerman s'affirment comme les favoris du groupe A.

Etats-Unis 0-2 Colombie

Buts : Zapata (8ème), James (42ème) pour la Colombie

Ce n'est pas vraiment le héros attendu. Alors que la Colombie possède l'un des derniers numéro dix du football moderne qui squatte le banc du Real Madrid, un avant-centre que l'Europe veut arracher au triste Milan AC, un ailier explosif convoité par le FC Barcelone, c'est un défenseur central qui change le cours du premier match de cette Copa América. Cristián Zapata, auteur d'une saison horrible en Italie, décide de guider sa nation à Santa Clara, avec un superbe but sur corner. Face à une équipe américaine aussi sure d'elle qu'un puceau dans un strip-club, les hommes de José Pékerman se sont tranquillement imposés (0-2). La Colombie se place comme le favori du groupe A.

Le cirque Zapata


Dès le début de la rencontre, les hommes de Klinsmann laissent la possession aux Colombiens. Le Levi's Stadium, qui n'a pas vraiment l'habitude de voir un ballon rond s'excite chaque fois que Bradley sort proprement le ballon. Problème, les USA n'ont d'autre recours que de balancer sur Clint Dempsey et les ailiers. Mauvaise idée. Alors que James et compagnie ne rentrent à peine dans le match, Edwin Cardona décide de montrer à l'Amérique entière qu'il est l'un des meilleurs passeurs du continent. Sur le premier corner cafetero, Zapata ouvre le score d'une superbe reprise. Un marquage catastrophique permet au défenseur du Milan AC de marquer le premier du Centenaire de la Copa América. La célébration dansante est un classique colombien.



Au quart d'heure de jeu, les locaux se réveillent enfin. Clint Dempsey prend les choses en main et le milieu colombien souffre et multiplie les fautes. James, qui vient de soulever la Undécima sans jouer n'apparaît toujours pas et la Colombie compte désormais sur les espaces laissés par la Team USA. Une demi-heure de jeu, et Ospina n'a toujours pas sali son…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant