La Colombie finalisera les discussions avec les Farc d'ici le 20/07-Pdt

le
0
    MEDELLIN, Colombie, 21 juin (Reuters) - Le gouvernement 
colombien aura finalisé les négociations de paix avec les Farc 
(Forces armées révolutionnaires de Colombie) d'ici le 20 
juillet, a dit lundi le président du pays Juan Manuel Santos, ce 
qui serait une étape clef dans le processus visant à mettre fin 
à plus de cinquante ans d'insurrection. 
    Les Farc et le gouvernement colombien sont engagés depuis la 
fin de 2012 dans des pourparlers, organisés à Cuba. Les deux 
parties se sont déjà mis d'accord sur une demi-douzaine de 
sujets mais doivent encore s'entendre sur un cessez-le-feu 
bilatéral et sur la mise en oeuvre d'un accord. 
    "Je pense que, d'ici le 20 juillet, nous serons en mesure de 
finaliser les négociations à La Havane et, à partir de là, une 
nouvelle ère s'ouvrira pour le pays", a déclaré Juan Manuel 
Santos à l'issue d'une réunion du gouvernement. 
    Les négociateurs avaient laissé passer fin mars une date 
limite fixée à la conclusion d'un accord de paix et le président 
colombien a été critiqué ces dernières semaines au sujet de ses 
déclarations concernant un référendum qu'il a promis d'organiser 
pour approuver un éventuel accord. 
    L'opposition de droite du pays, emmenée par l'ancien 
président Alvaro Uribe, aujourd'hui élu au Sénat, a appelé les 
électeurs à voter contre un tel accord, estimant qu'il accordera 
aux rebelles une impunité pour violations des droits de l'homme. 
    Dans la journée, des responsables de l'opposition ont 
également reproché à Juan Manuel Santos d'avoir suggéré que 
l'Etat colombien devrait augmenter les impôts pour financer la 
reprise de la guerre en cas d'échec des pourparlers de paix. 
    La semaine dernière, le président colombien a averti que les 
Farc étaient prêtes à reprendre le combat, en particulier dans 
les zones urbaines, si les négociations de paix avec le 
gouvernement colombien échouent.  ID:nL8N1985S8  
    Lundi, il a une nouvelle fois exhorté la Cour 
constitutionnelle de donner son feu vert à la tenue d'un 
référendum sur un éventuel accord de paix. 
 
 (Julia Symmes Cobb et Luis Jaime Acosta, avec la contribution 
de Monica Garcia, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant