La Colombie et les Farc ont signé une paix renégociée suite au référendum

le , mis à jour le
0
Le président colombien Juan Manuel Santos (G) et le chef de la guérilla des FARC Timoleon Jimenez, alias Timochenko, se serrent la main lors de la deuxième signature de l'accord de paix historique, le 24 novembre 2016 à Bogota ( AFP / LUIS ROBAYO )
Le président colombien Juan Manuel Santos (G) et le chef de la guérilla des FARC Timoleon Jimenez, alias Timochenko, se serrent la main lors de la deuxième signature de l'accord de paix historique, le 24 novembre 2016 à Bogota ( AFP / LUIS ROBAYO )

La Colombie a signé jeudi avec les Farc un accord de paix visant à clore plus d'un demi-siècle de conflit armé, révisé après l'échec du référendum d'octobre, mais qui devrait être ratifié par le Congrès n'en déplaise à l'opposition.

Le président Juan Manuel Santos et le chef de la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Rodrigo Londono, ont signé la paix sous les applaudissements, avec des "boligraphes" fabriqués à partir de balles du conflit.

"La paix va nous rendre l'espérance, la foi en l'avenir et la possibilité d'une vie meilleure pour nous et nos enfants", a déclaré M. Santos lors de la brève cérémonie au théâtre Colon de Bogota. "Je reconnais que ce nouvel accord est meilleur (...) car il contient les espoirs et les observations de l'immense majorité des Colombiens", a-t-il ajouté.

Le leader des Farc, Timoleon Jimenez, aka Timochenko signe le second accord de paixle 24 novembre novembre 2016 à Bogo
Le leader des Farc, Timoleon Jimenez, aka Timochenko signe le second accord de paixle 24 novembre novembre 2016 à Bogota. ( AFP / LUIS ROBAYO )

Rodrigo Londono a assuré qu'avec cet accord -qui prévoit le désarmement des guérilleros et leur entrée en politique- les Colombiens mettent "fin de manière définitive à la guerre, pour confronter les contradictions de manière civilisée".

Le président colombien Juan Manuel Santos signe l'accord de paix historique entre le gouvernement et les FARC, au
Le président colombien Juan Manuel Santos signe l'accord de paix historique entre le gouvernement et les FARC, au théâtre Colon de Bogota, le 24 novembre 2016 ( AFP / Cesar CARRION )

Plus connu sous ses noms de guerre de Timoleon Jimenez ou Timochenko, le chef des Farc a surpris en proposant de former un "gouvernement de transition dont l'objectif principal sera l'application intégrale de l'accord" et composé de "toutes les forces et tous les secteurs qui ont travaillé sans trêve" pour la paix.

- Pétition de l'opposition -

Le texte a été finalisé le 12 novembre après six semaines de renégociations pour intégrer certaines critiques de l'opposition sur la première version, signée le 26 septembre à l'issue de près de quatre ans de pourparlers, mais que les Colombiens ont rejetée le 2 octobre par référendum.

Chronologie des accords pour mettre fin au conflit en Colombie, chiffres clés du conflit et zone d'influence des
Chronologie des accords pour mettre fin au conflit en Colombie, chiffres clés du conflit et zone d'influence des FARC dans le pays ( AFP / Gustavo IZUS, Tatiana MAGARINOS, Paz PIZARRO )

"Il n'y a pas de doute que certains aspects ont été améliorés. Mais il y a des points substantiels qui n'ont pas été modifiés", a déclaré Alvaro Uribe, chef de file des opposants, dénonçant à la radio RCN "l'impunité totale" dont vont, selon lui, bénéficier les guérilleros coupables de crimes.

L'ex-président et actuel sénateur envisage une pétition en faveur d'un autre "référendum sur trois, quatre, cinq points pour que les Colombiens mettent des limites afin de préserver l'Etat de droit".

Consuelo Gonzalez de Perdomo, ex-parlementaire séquestrée pendant sept ans par les Farc, a en revanche estimé que "le nouvel accord est une immense opportunité pour nous les Colombiens qui parions sur un pays réconcilié".

Le conflit, qui déchire la Colombie depuis les années 60, a impliqué une trentaine de guérillas de gauche, des paramilitaires d'extrême droite et l'armée, faisant plus de 260.000 morts, 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

La signature a été retransmise sur un écran géant sur l'emblématique place Bolivar. Au théâtre, seuls étaient invités des victimes de la guerre, d'anciens présidents colombiens, des magistrats et des représentants d'associations.

Dans la foulée, l'accord a été transmis au Congrès, où le gouvernement bénéficie de la majorité. Il devrait y être débattu à partir de mardi, puis ratifié, avant que les parlementaires légifèrent sur sa mise en oeuvre.

"Il va être approuvé sans problème", a estimé l'analyste Kyle Johnson, d'International Crisis Group, même si les opposants "se battront pour ralentir son application".

- Enjeu électoral -

Le parti de droite de M. Uribe a qualifié la procédure de "coup contre la démocratie", l'exécutif ne tenant selon lui "pas compte du triomphe du +non+" au référendum.

Faute d'explications suffisantes du contenu des 297 pages de l'accord, le scrutin avait été marqué par une abstention record de plus de 62% et le "non" l'avait emporté avec à peine plus de 50.000 voix d'avance.

Les partisans de M. Uribe, qui agitent le spectre d'un régime castro-chaviste inspiré de Cuba et du Venezuela, ont fait de l'accord un enjeu électoral, dans la perspective du scrutin présidentiel de 2018.

Plusieurs pays, dont la France, l'Espagne et le Venezuela ont salué la signature de la paix, de même que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a jugé "essentiel de passer maintenant à son application".

Après la mort de deux rebelles dans des combats présumés avec l'armée et l'assassinat de leaders communautaires, M. Santos, comme les Farc, a souligné la "fragilité" du cessez-le-feu en vigueur depuis fin août, appelant à l'entrée en vigueur de l'accord de paix "le plus rapidement possible".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant