La Colombie disposée à négocier avec les rebelles de l'ELN

le
0
Le président colombien Juan Manuel Santos a fait cette annonce après la libération d'un otage, retenu depuis janvier par le deuxième plus important mouvement de guérilla du pays après les Farc.

En gage de bonne volonté et sous la pression du président Juan Manuel Santos, l'Armée de libération nationale (ELN) a libéré mardi le géologue canadien Gernot Wober, qu'elle tenait en otage depuis janvier. Un geste que la présidence colombienne a rapidement qualifié de «pas dans la bonne direction». Mercredi soir, elle est allée plus loin encore en se disant prête à entamer des négociations de paix avec la seconde guérilla marxiste la plus importante du pays, qui compte 2500 combattants.

Longtemps ennemie jurée des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), l'ELN avait annoncé début juillet avoir formé une alliance stratégique avec cette guérilla, ses effectifs ayant sensiblement diminué et sa force de frappe s'étant affaiblie après dix ans de politique ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant