La colère sociale s'exacerbe

le , mis à jour à 06:12
6
La colère sociale s'exacerbe
La colère sociale s'exacerbe

Des canons à eau repoussant les manifestants boulevard des Invalides (Paris VIIe), en plein coeur de la capitale, sous l'oeil médusé de nombreux touristes et passants. Des nuées de casseurs cagoulés tout de noir vêtu en tête de cortège qui s'en prennent à l'hôpital Necker-Enfants malades ou saccagent des devantures de commerces et d'agences bancaires. Un bilan provisoire d'au moins 58 interpellations, 29 membres des forces de l'ordre et 11 manifestants blessés à Paris. Et des chiffres de participation sujets à de grosses interrogations....

La neuvième journée nationale de mobilisation contre la loi Travail va laisser un goût amer à plus d'un titre. D'abord aux organisateurs, la CGT en tête qui avait mis la barre très haut, à 1,2 million de manifestants à Paris. Les syndicats et la police font une lecture diamétralement opposée de ce qui s'est joué. Pour la Préfecture, les manifestants étaient hier entre 75 000 et 80 000, soit deux fois moins nombreux que lors de la manifestation du 26 mai.

Comme une lame de fond

Selon les syndicats, au contraire, les manifestants étaient trois fois plus nombreux. Selon FO, ils atteignaient même le million. La Préfecture aurait-elle oublié quelques manifestants ? « Nous sommes dans les niveaux atteints lors des grosses manifestation sur les retraites », assure un responsable de la CGT.

Cette querelle risque de passer bien au-dessus de la tête des manifestants, toujours mobilisés et de plus en plus remontés. Hier, ils étaient montés de toute la France pour faire entendre leur opposition à la loi Travail. Les détonations assourdissantes des grenades d'encerclement, les nuages de lacrymos et les violences des casseurs n'ont pas fait faiblir leur détermination. « Il y a une lame de fond, une détestation du pouvoir, du gouvernement qui s'exprime de plus en plus fort et vire à la violence. Même sous Sarkozy, cela n'avait pas atteint un tel niveau », observe un habitué des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 6 mois

    mais non , à la CGT on fait rentrer 2000 personnes par car macron et le compte y est !

  • Alananas il y a 6 mois

    Pas besoin d avoir fait de grandes études pour ne serait-ce qu'évaluer le nombre de manifestant. 600 cars pleins à craquer de 55 personnes, 33 000 personnes. Mettons qu'il y en ai autant qui soit venu à pieds, en voiture et en train, on arrive à 125000 à tout casser.

  • Alananas il y a 6 mois

    Par compte ce qui est vrai, c'est que la cgt, groupuscule qui réprésente 2,6% des salariés occupe 99% de l'actualité.

  • awsdf il y a 6 mois

    Seuls les chiffres officiels sont exacts. La methodologie est constante (video+cadrillage des zones+comptage dans chaque cadre*nbr de cadres). Les trotskistes eux comptent en fonction de leur besoin politique.

  • fquiroga il y a 6 mois

    en conclusion : il faut envoyer tout ce monde à l'école pour apprendre compter.....

  • M4189758 il y a 6 mois

    JPi - Prendre ses désirs pour des réalités c'est prendre ses vessies pour des lanternes.