La colère des maires, confrontés à des budgets en berne

le
0
À l'occasion du congrès des maires de France, réuni à Paris, les premiers magistrats font part de leurs inquiétudes.

Les maires en ont par-dessus la tête. Trop de charges, trop de lois et d'arrêtés, baisse constante des dotations de l'État, marges de man½uvre quasi nulles, insécurité galopante... Dans ce contexte, la réforme des rythmes scolaires est très mal venue. L'immense majorité des maires attend la rentrée 2014 pour la mettre en ½uvre, conscients que cela va grever lourdement leurs budgets.

Bernard Combes, maire sans étiquette (SE) de Montpensier, dans le Puy-de-Dôme, appliquera la loi, sans plus. «On ne voit pas l'intérêt de cette réforme, ni pour les familles ni pour les enfants. Pour le périscolaire, cela restera de la garderie, puisque c'est légal». Jacques Carpentier, maire SE de Bailleulmont (Pas-de-Calais), considère cette réforme comme «une catastrophe: il aurait fallu une concertation, là on nous l'impose. On demande la libe...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant