La colère des fabricants d'avertisseurs de radars

le
0
Ils pestent contre la décision du gouvernement d'interdire les équipements qu'ils commercialisent.

La mine abattue mais décidés à se battre. Les trois dirigeants français qui ont la main sur l'ensemble du marché des avertisseurs de radars en France se sont réunis jeudi pour contester la mesure prise par le gouvernement d'interdire les équipements qu'ils commercialisent sous les marques Coyote, Inforad et Wikango.

À elles trois, ces dernières rassemblent aujourd'hui 4,7 millions de conducteurs roulant avec des avertisseurs de radars. «Des chauffeurs routiers, des taxis, des artisans, des particuliers… qui ne sont pas des délinquants», affirme Fabien Pierlot, PDG de Coyote, qui estime au contraire que cette technologie contribue largement à la sécurité sur nos routes. «Toutes les études réalisées prouvent que les avertisseurs permettent d'accroître la vigilance de chaque conducteur et permettent de lutter contre les risques de somnolence», poursuit le même responsable. «Nous n'avons même pas été concertés. Nous apprenons du jour au lendemain cette inter

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant