La coalition veut étendre au web la lutte contre les jihadistes

le
0
La coalition veut étendre au web la lutte contre les jihadistes
La coalition veut étendre au web la lutte contre les jihadistes

La coalition conduite par les Etats-Unis a de nouveau bombardé des positions du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et Irak, tandis que Washington appelait ses alliés à mieux combattre sur le web la propagande des jihadistes, très actifs sur les réseaux sociaux.Réaffirmant que la solution ne pouvait être que militaire, le général à la retraite américain John Allen, coordinateur de la coalition, a insisté sur l'importance de lutter contre "les activités en ligne" de l'EI.Le mouvement ultra-radical sunnite ne sera "véritablement vaincu qu'une fois que la légitimité de son message aux jeunes vulnérables sera niée", a affirmé lundi John Allen au cours d'une réunion internationale à Koweït.Il a qualifié la propagande de l'EI de "guerre horrible (...) destinée à recruter et à pervertir des innocents".Pour la combattre, un autre haut responsable américain, Rick Stengel, sous-secrétaire d'Etat aux affaires publiques, a appelé à créer "une coalition de l'information qui agisse parallèlement à la coalition militaire".Les participants à la réunion, des représentants de pays du Golfe, d'Irak, d'Egypte, de Grande-Bretagne et de France notamment, se sont engagés à renforcer la lutte contre les messages extrémistes de l'EI, selon le communiqué final, qui n'a pas donné de détails.M. Stengel a assuré que "le nombre de personnes rejoignant Daesh (acronyme du groupe EI) était en baisse". "Nous pensons qu'il perd de son attrait", a dit le responsable américain.L'EI a enrôlé des milliers de volontaires au jihad en provenance de nombreux pays arabes, mais aussi européens ou asiatiques, qui rejoignent ses rangs en Syrie ou en Irak où il a créé un "califat" dans les vastes zones sous son contrôle.Parmi eux, figureraient "près de 2.000" combattants issus de l'Union européenne, a récemment indiqué le ministre français de l'Intérieur Bernard ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant