La coalition saoudienne annonce la fin de l'offensive au Yémen

le
0

(Actualisé avec réactions de Hadi et des Etats-Unis) DUBAI, 21 avril (Reuters) - La coalition mise en place par l'Arabie saoudite pour endiguer la progression des miliciens chiites Houthis au Yémen a annoncé mardi soir la fin de sa campagne aérienne et le début d'une nouvelle phase. Un porte-parole de l'armée saoudienne, le général Ahmed Asseri, a néanmoins indiqué que "la coalition continuer(ait) d'empêcher les miliciens Houthis de se déplacer ou d'entreprendre des opérations à l'intérieur du Yémen". Contacté par téléphone, un membre du bureau politique du mouvement chiite s'est dit surpris par l'annonce saoudienne et a ajouté qu'un accord politique était sur le point d'être finalisé. "Nous nous attendions à un accord sur un cessez-le-feu après la signature d'un accord politique, sur lequel un compromis est presque près", a dit Abdel Malek al-Ijri. Selon la déclaration diffusée par la chaîne de télévision Al Arabia et l'agence officielle de presse SPA, Ryad et ses alliés sunnites, qui bombardent depuis le 26 mars les Houthis et leurs alliés de l'armée restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, estiment avoir atteint leurs objectifs militaires. Aux bombardements aériens de "Tempête décisive" va succéder une nouvelle campagne, "Rétablir l'espoir", qui sera centrée sur la sécurité et le contre-terrorisme et sur la recherche d'une solution politique pour le Yémen. Le communiqué et la précision du général Asseri suggèrent que l'opération est entrée dans une nouvelle phase mais que les hostilités ne sont pas terminées. Dans une allocution télévisée, le président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi a remercié l'Arabie saoudite et les pays arabes qui ont participé à la coalition. "Je voudrais, en mon nom et au nom du peuple yéménite, adresser des remerciements sincères aux frères arabes et musulmans et à nos partenaires de la coalition qui ont soutenu notre légitimité", a-t-il dit à Ryad où il est réfugié. SATISFACTION A TEHERAN ET WASHINGTON En près de quatre semaines de bombardements, les stocks d'armes et de munitions des éléments de l'armée yéménite alliés aux Houthis ont été considérablement réduits. "L'opération 'Tempête décisive' a atteint ses objectifs", peut-on lire dans la déclaration qui mentionne notamment "le retrait de la menace contre l'Arabie saoudite et les pays voisins notamment posée par les armes lourdes". "L'opération 'Rétablir l'espoir' commence avec les objectifs suivants: continuer à protéger les civils, à combattre le terrorisme, à faciliter l'évacuation des ressortissants étrangers et intensifier l'aide humanitaire et l'assistance médicale au peuple yéménite." Le général Asseri a souligné que cette nouvelle phase associait des actions politique, diplomatique et militaire. L'annonce a été saluée par le ministère iranien des Affaires étrangères, rapporte l'agence de presse Isna. "Nous avions auparavant dit qu'il n'y avait pas de solution militaire à la crise au Yémen", a déclaré un porte-parole du ministère. Dans la matinée, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, avait prédit la conclusion dans les prochaines heures d'un cessez-le-feu au Yémen. "Après beaucoup d'efforts, nous sommes confiants dans le fait de parvenir dans les prochaines heures à un arrêt des attaques militaires au Yémen", avait-il dit à l'agence de presse iranienne Tasnim. (voir ID:nL5N0XI263 ) L'Iran, accusé de soutenir les Houthis, a plusieurs fois appelé à l'arrêt de la campagne de raids aériens depuis le 26 mars. Washington a également applaudi l'annonce saoudienne. "Les Etats-Unis saluent l'annonce du gouvernement d'Arabie saoudite et des partenaires de sa coalition sur la fin de l'opération 'Tempête décisive' au Yémen, a déclaré Alistair Baskey, porte-parole du Conseil de la sécurité nationale de la Maison blanche. Le président américain Barack Obama a de son côté adressé un avertissement à Téhéran, exhortant l'Iran à ne pas envoyer aux Houthis d'armes susceptibles de perturber le trafic maritimes. "Ce que nous leur avons dit c'est que 's'il y a des armes qui sont livrées aux factions présentes au Yémen qui pourraient menacer la navigation'", a-t-il dit. (Noah Browning, Mostafa Hashem et Sam Wilkin avec Mohammed Ghobari au Caire; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant