La coalition "dégrade clairement" les capacités de l'Etat islamique

le
0

WASHINGTON, 26 mars (Reuters) - Le général à la retraite John Allen, émissaire de Barack Obama auprès de la coalition internationale contre l'organisation Etat islamique (EI), a affirmé jeudi que la campagne de bombardement menée depuis l'été dernier affaiblissait le groupe djihadiste. "Nous dégradons clairement ses capacités", a-t-il dit lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants. "L'attrait qu'exerce le prétendu califat subit un assaut direct", a-t-il ajouté. D'après Allen, depuis les premières frappes internationales déclenchées en août dernier, l'Etat islamique a perdu plus d'un quart des zones peuplées qu'il contrôlait en Irak depuis sa spectaculaire progression entamée deux mois plus tôt par la prise de Mossoul, deuxième plus grande ville du pays, dans le Nord. Il a reconnu que la situation était plus complexe en Syrie, où le groupe djihadiste d'Abou Bakr al Baghdadi s'est également emparé d'importants territoires. L'audition du général Allen coïncide avec l'entrée en action des avions de la coalition dans la bataille de Tikrit, où l'offensive lancée au tout début du mois par l'armée irakienne, soutenue par des miliciens chiites, était à l'arrêt. (voir ID:nL6N0WS24Q ) Ce soutien aérien constitue à ce jour la plus importante opération menée par la coalition en soutien aux forces irakiennes et à leurs alliés chiites soutenus par l'Iran. Plus de 20.000 soldats et miliciens sont engagés dans l'offensive sur Tikrit, ancien fief de Saddam Hussein à 160 km au nord-ouest de Bagdad, tombée en juin dernier aux mains de l'Etat islamique. L'intervention aérienne à Tikrit place la coalition dans le même camp que les milices chiites soutenues par l'Iran, inquiétant plusieurs parlementaires américains. "Il est difficile de concevoir comment l'aide apportée à des intermédiaires de l'Iran va dans l'intérêt à court, moyen et long terme d'un Irak inclusif ou d'un Moyen-Orient stable", a notamment observé Ed Royce, président de la commission. John Allen a refusé de détailler l'opération aérienne à Tikrit. Mais le général Lloyd Austin, qui dirige le Centcom, le Commandement central des forces américaines dont dépend cette partie du globe, a affirmé que les milices chiites n'étaient plus impliquées dans la bataille de Tikrit. "Ils ne participent aux opérations de nettoyage de Tikrit", a-t-il dit au Congrès. (Patricia Zengerle avec Phil Stewart; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant