La "coagulation", cauchemar de François Hollande, prend forme

le
76
FRANÇOIS HOLLANDE TENTE D'EMPÊCHER L'AGRÉGATION DES CONFLITS
FRANÇOIS HOLLANDE TENTE D'EMPÊCHER L'AGRÉGATION DES CONFLITS

PARIS (Reuters) - La révolte bretonne contre l'écotaxe contient tous les ingrédients du cauchemar politique que François Hollande s'efforce de conjurer depuis son élection : une agrégation spontanée de multiples franges de la société contre son action.

Le concept, au centre des préoccupations du président français depuis les grandes mobilisations contre le mariage homosexuel, porte un nom, celui de "coagulation".

Il désigne le moment où des mouvements de contestation aux intérêts potentiellement opposés, comme ceux des salariés et des patrons bretons défilant sous le même bonnet rouge samedi à Quimper, se muent en crise politique majeure que seules des initiatives politiques radicales parviennent à désamorcer.

"On n'est pas loin de la ligne rouge", estime un élu du Parti socialiste, où l'on intègre la possibilité que "la rue" puissent avoir raison d'un gouvernement discrédité.

A l'Elysée, où l'on s'efforce de couper court aux spéculations sur un remaniement ministériel, on redoute depuis des mois une contestation qui surgirait d'un dossier dont la sensibilité aurait été sous-estimée.

"Il y a toujours un risque, il y a toujours des choses que l'on ne voit pas venir et qui éclatent", disait François Hollande lui-même l'été dernier, avant une rentrée sociale attendue mouvementée pour cause de réforme des retraites.

"Il faut faire très attention à un pays qui vit depuis des années des sacrifices, des inégalités, des discriminations ou des sentiments de déclassement", jugeait-il, alerté par les révoltes populaires au Brésil, parties d'une simple augmentation du prix des transports en commun, ou celles de Turquie, nées de la contestation d'un projet d'urbanisme.

La théorie de la "coagulation", qui peut provoquer un caillot fatal s'il n'est pas repéré et traité à temps, explique les reculades à répétition du président.

De l'épisode des entrepreneurs "pigeons", aux dernières reculades sur le front fiscal, en passant par son offre de laisser la collégienne kosovare Leonarda terminer seule sa scolarité en France, les mouvements tactiques du président témoignent de sa vigilance sur le front social.

"COMMENT VA-T-ON S'EN SORTIR ?"

Ses conseillers notent que le terreau devient propice à une contestation généralisée et constatent l'échec de François Hollande à tenir sa promesse d'une présidence apaisée.

"On sent une tension de plus en plus forte de certaines franges de la population sur l'immigration, la laïcité, la pauvreté (...), cela devient éprouvant", dit-on dans son entourage, un constat partagé au gouvernement.

"Je ressens un grand désarroi de la part de ceux qui nous ont élu" note un ministre. "Au point où on en est, je me demande vraiment comment on va s'en sortir", note ce membre du gouvernement, pour qui un remaniement avant les élections municipales de mars serait "une façon de reprendre la main".

Si plus de neuf Français sur dix réclament un changement de politique, selon un sondage publié par le Journal du Dimanche, ils ne sont que 18% à vouloir un changement d'attelage.

La base de la majorité réclame, elle, plus simplement que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault assure la cohésion du gouvernement en évitant tout nouveau "couac".

C'est, selon un interlocuteur de François Hollande, la revendication des élus qui bataillent pour être réélus en mars.

"Qu'on leur foute la paix pendant deux mois."

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Urfee le lundi 18 nov 2013 à 17:49

    Un quart des français tentés de frauder le fisc !!! mais 100 % des députés fraudent le fisc et volent l'argent des français ... puisqu'ils ne payent des impôts que sur 30 % de leurs revenus !!! Alors c'est qui les salaupps !

  • djludo le dimanche 17 nov 2013 à 23:03

    Diviser pour régner, la stratégie du dictateur en place. Autoriser les déviant sexuels de même sexe à se prétendre mari et femme, comparer les singes à Taubira ou emprisonner les manifestants. Cela ne fonctionne plus, la révolution est mûre!

  • fbordach le dimanche 17 nov 2013 à 13:07

    Je résume : on constate une situation économique catastrophique, un nombre de chômeurs, de faillites, d’entreprises en dépôt de bilan, de SDF, de pauvres et de précaires en hausse constante, une grogne de plus en plus vocale de toutes les catégories de travailleurs, ce qui pousse S&P à nous dégrader, et Hollande, devant ce constat, … conserve son cap. Serait-ce de la stupidité, de l’autisme, une dissonance cognitive, un mélange de tout ça ?

  • Urfee le samedi 16 nov 2013 à 17:43

    Valérie à l'Élysée, François qui dépense l'argent des français, soit 12 000 € par jour pour l'entretenir . . . c'est pas sa femme ? ils ne sont pas pacsés ? mais alors c'est une p... ? c'est du proxénétisme ? il faudra rendre des comptes !Les juges . . . au boulot ! ça urge !

  • Urfee le samedi 16 nov 2013 à 17:19

    Il ne faut pas se moquer des socialistes ! Il est interdit de rire ! Sinon Christiane va gronder ! Il faut garder l'esprit républicain ! sinon Jean-Marc ne sera pas content !

  • nitram.g le jeudi 14 nov 2013 à 14:40

    il n a rien fait de bon en Corrèze, pourquoi voulez vous que ce soit différent sur le plan national...

  • muck12 le mercredi 13 nov 2013 à 17:20

    est il normal ?

  • juillia3 le mercredi 13 nov 2013 à 09:15

    ca sera peut etre une premiere mais hollande doit demisionne , il n est plus credible quoi qu il fasse !!!

  • fbordach le samedi 9 nov 2013 à 14:41

    Ouille, la capitaine au charisme d'huitre du rétropédalo est mal... Mais il s'en fout, ce qui compte c'est lui, le pays il s'en tamponne!

  • rodde12 le jeudi 7 nov 2013 à 17:16

    heimda! Sarko aurait sur endetté les Français? vérifie sur le rapport de la cour des compte il est dit que sur cinq euros de nouvelles dettes quatre ont été faites par les conseils généraux. Un mensonge répété devient vérité chez toi . Tu as du voter hollande. Ce n'est pas ce que j'appelle la rigueur intellectuelle.