La Cnil alerte sur les fichiers de police

le
0
La Commission nationale de l'informatique et des libertés a rendu un rapport alarmant sur les erreurs et dysfonctionnements persistants du fichier d'antécédents le plus utilisé par la police et la gendarmerie.

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), «gendarme» des fichiers depuis 1978, tire le signal d'alarme sur les errements des fichiers Stic (Système de traitement des infractions constatées), utilisé par la police, et Judex, son équivalent pour la maréchaussée. Après un premier rapport très critique remis à Matignon en 2009, cette autorité administrative indépendante affirme, dans un nouveau rapport consécutif à une enquête très fouillée, que «les investigations réalisées font apparaître que la situation ne s'est guère améliorée et que la modernisation en cours des applications informatiques des ministères de l'Intérieur et de la Justice offrira à l'avenir certaines garanties, mais que de sérieux dysfonctionnements persisteront.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant