La clientèle retail française est de moins en moins tolérante au risque

le
0

(NEWSManagers.com) -

Les investisseurs français sont de moins en moins tolérants par rapport au risque et se méfient de l'environnement économique, selon une étude menée par Legg Mason auprès d'investisseurs particuliers au niveau mondial entre janvier 2013 et janvier 2014. En effet, 82% des investisseurs français interrogés considèrent avoir un profil prudent pour leurs investissements: un chiffre élevé par rapport à la moyenne mondiale (65%), et sensiblement plus élevé que le résultat de l'étude l'an dernier (75%). Ils sont également les moins optimistes en Europe pour leurs investissements dans les 12 prochains mois: 47% pensent que le manque de croissance du pays et 41% que la faiblesse de l'économie européenne nuiront à leurs investissements, tout comme le contexte de taux bas (34%). Au niveau mondial, la tendance est tout à fait différente puisque c'est l'inflation qui arrive en tête des inquiétudes pour presque la moitié des sondés, suivi de la crainte de prendre de mauvaises décisions d'investissement (37%).

Même si les investisseurs français se considèrent comme bien éduqués financièrement (80% comprennent ce qu'est un investissement alternatif contre 62% au niveau mondial), la moitié avoue ne pas bien comprendre toute la complexité des marchés financiers. Ils sont également seulement 60% à penser être en pleine capacité d'atteindre leur objectif financier (75% au niveau mondial), ce qui est aussi le taux le plus bas d'Europe. 64% des sondés français pensent pouvoir prendre leur retraite à l'âge qu'ils se sont fixé, un des plus faibles résultats en Europe, ex aequo avec l'Italie.

" Presque 60% des investisseurs français sondés déclarent rechercher principalement une source de revenus pour leur retraite, et le maintien de leur train de vie actuel dans le futur. Puis vient la protection de la santé" , note Vincent Passa, directeur commercial de Legg Mason France.Ce besoin de prévoyance pour eux même et leurs enfants s'explique par une vision assez pessimiste du futur: 78% d'entre eux pense que la vie sera plus difficile pour les générations futures (contre 46% au niveau mondial). On observe que cette opinion est partagée par la plupart des pays développés, dans des proportions moindres cependant ? sauf pour l'Italie qui atteint les 80%.

L'allocation d'actifs des investisseurs français reste assez équilibrée entre les classes d'actifs traditionnelles (cash, actions et obligataire), avec un biais assez marqué sur l'investissement en immobilier, tout comme les allemands (respectivement 23 et 24% de leurs actifs). Cependant ils sont 40% à reconnaître que la meilleure décision qu'ils aient pris ces deux dernières années pour leurs investissements, a été de les diversifier en dehors des actions/obligations. Les classes d'actifs identifiées comme offrant les meilleurs potentiels de rendement cette année sont: les actions (internationales ou locales) pour 71%, l'immobilier pour 68% d'entre eux, et en troisième position l'or ou les métaux précieux (41%).

Les investisseurs français sont encore relativement peu nombreux à utiliser les services de conseillers financiers: 31% déclarent travailler avec un conseiller, contre 38% au niveau mondial. Les conseillers financiers sont surtout consultés pour leur connaissance des tendances de marché et parce qu'ils sont à même de suggérer des thèmes d'investissement différenciants. Les principaux bénéfices tirés par les investisseurs sont l'accès à ces nouvelles opportunités d'investissement (49%), d'éviter des erreurs qui peuvent s'avérer coûteuses (38%), et de s'assurer une certaine tranquillité d'esprit (38%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant