La clientèle fortunée demande un accompagnement accru

le
0
(NEWSManagers.com) - La clientèle fortunée de Société Générale Private Banking France reste fidèle malgré tous les aléas de la crise financière mais " on ressent un besoin de présence accrue" , a souligné Patrick Folléa à l'occasion de la présentation d'une étude sur les grandes fortunes.

Ce besoin d'accompagnement, qui pousse certains clients à faire appel à des conseillers personnels, a pour corollaire une attention beaucoup plus grande aux choix d'investissement. " Quand ils prennent un risque, ils veulent savoir pourquoi" , indique Patrick Folléa qui relève à ce propos une réappropriation complète de la classe d'actifs immobilière.

Parmi les autres évolutions significatives, parfois déjà là mais qui ont pu s'accentuer, on observe l'intérêt croissant des grandes familles pour les OPCVM dédiés, monofamille, dans un souci de transparence mais aussi dans la perspective d'une transmission, ainsi que pour la gestion actif/passif.

L'étude sur les grandes fortunes, parrainée par Société Générale Private Banking et réalisée par " The Economist Intelligence Unit" n'apporte pas de grandes nouveautés mais propose une synthèse de tendances clés apparues depuis la crise.
C'est ainsi qu'en termes d'investissement, les grandes fortunes, beaucoup plus vigilantes, ont délaissé les produits complexes pour se tourner vers des placements plus simples, transparents et liquides. Mais la recherche de retours sur investissement plus élevés devrait les inciter peu à peu à revenir vers des produits plus complexes " qui devront toutefois être parfaitement transparents pour parvenir à contrer une prise de risque moins importante" .

Sur le chapitre de la philanthropie, l'étude indique que la récession a engendré une tendance générale à la baisse des dons philanthropiques. Toutefois, une grande majorité de cette clientèle prévoit de maintenir voire d'augmenter leurs dons. Mais en s'impliquant davantage, selon l'étude. " Les pressions à la baisse sur les dons issues de la crise financière, associées aux préoccupations déjà anciennes concernant l'efficacité de certaines organisations caritatives, accélèrent le changement vers une approche plus professionnelle du mécénat" , souligne l'étude.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant