La classe politique regrette l'exil de Depardieu en Belgique

le
0
L'EXIL BELGE DE GÉRARD DEPARDIEU DÉSOLE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE
L'EXIL BELGE DE GÉRARD DEPARDIEU DÉSOLE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE

PARIS (Reuters) - La classe politique française a regretté lundi le choix de Gérard Depardieu d'élire domicile en Belgique, dans la commune frontalière de Nechin, réputée pour accueillir des fortunes françaises à la recherche de cieux fiscaux cléments.

La ministre de l'Écologie Delphine Batho a indiqué que la décision de l'acteur français ne remettait pas en cause les choix gouvernementaux en matière d'imposition des plus grandes fortunes, notamment la taxe de 75% sur la tranche des revenus supérieurs à un million d'euros par an.

"Je préfère l'acteur à l'exilé fiscal", a-t-elle dit sur France Inter. "Quand on a les moyens de bien vivre, je pense qu'on doit contribuer au redressement des finances publiques."

La Belgique n'impose ni la fortune, ni les plus-values sur la patrimoine privé, ce qui en fait un havre fiscal pour certains contribuables français, même si l'imposition des revenus du travail y est beaucoup plus élevée qu'en France.

Lors du point presse du Parti socialiste, sa porte-parole, Frédérique Espagnac, a lancé un appel à l'acteur. "J'ai envie de dire à Gérard : 'reviens vite !'", a-t-elle dit.

Le porte-parole du Parti communiste français, Olivier Dartigolles, a de son côté dit voir dans le départ de Gérard Depardieu, qualifié d'"insupportable", le syndrome d'une "inquiétante épidémie".

Son annonce fait suite à la décision de la première fortune de France, le PDG de LVMH Bernard Arnault, de demander la nationalité belge en septembre. Il avait toutefois précisé à l'époque qu'il resterait domicilié fiscalement en France.

SYSTÈME FISCAL "DÉCONNECTÉ"

"Sa carrière, n'en déplaise à son talent, il la doit aussi à ses compatriotes", écrit Olivier Dartigolles dans un communiqué. "En refusant de payer ses impôts, de participer à la solidarité nationale, le très oubliable soutien de Nicolas Sarkozy durant la dernière campagne électorale, entache durablement son image auprès des Français".

Gilbert Collard, député apparenté Front national, a dit que cette décision le "choquait".

"Quand on gagne son argent en France, je crois que c'est quand même patriotique de rester en France", a-t-il dit sur France 2. "Surtout venant d'un talent si Français."

Pour l'opposition de droite, la décision de Gérard Depardieu est directement liée à la politique fiscale du gouvernement.

"La France est aujourd'hui finalement le seul grand pays européen qui observe, par son système fiscal, des délocalisations de fortunes. C'est regrettable", a dit lors d'un point presse le président proclamé de l'UMP, Jean-François Copé.

"Je suis pour que l'impôt soit progressif, que plus on gagne d'argent plus on paye plus d'impôts, c'est tout à fait normal", a-t-il ajouté. "Mais en même temps, je regrette que nous ayons un système fiscal aussi déconnecté de ce qu'il est dans des pays comme l'Allemagne, l'Italie ou la Belgique."

Le bourgmestre (maire) d'Estaimpuis, dont dépend le village de Néchin, où vivent 2.800 Français, a confirmé dimanche que Gérard Depardieu avait acquis une maison dans cette petite commune frontalière.

Daniel Senesael a dit à la presse ne pas être "naïf" quant aux motivations possibles de l'acteur mais a assuré que ce dernier avait eu "un coup de foudre pour l'aspect paysager de notre entité, sa convivialité et son bien vivre".

Chine Labbé, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant