La classe politique prend acte de la démission de DSK du FMI

le
0
RÉACTIONS - Le Parti socialiste a accueilli avec fatalisme à l'annonce du départ de Dominique Strauss-Kahn. La majorité préfère elle se concentrer sur la question de son successeur à la tête du FMI.

Au Parti socialiste, la réaction la plus émue est venue de son numéro deux, Harlem Désir. «Sa démission du FMI est une décision courageuse qui s'explique par le fait qu'il veut prouver son innocence et se consacrer pleinement à sa défense», souligne le député européen, qui interpelle le chef de l'Etat. Il souhaite que Nicolas Sarkozy «fasse en sorte, comme il l'a fait pour d'autres Français, que Dominique Strauss-Kahn puisse organiser sa défense d'une façon décente» aux Etats-Unis. «Je ne comprends pas pourquoi on a absolument voulu ce maintien en détention» alors que DSK «peut rester à la disposition de la justice sans être forcément contraint à rester enfermé», insiste Harlem Désir, qui invite «chacun à ne pas chercher à exploiter politiquement un drame qui est une affaire privée».

Porte-parole du PS, Benoît Hamon estime que ce départ du FMI n'est pas «surprenant». «Il avait été demandé par le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geith

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant