La cité Gagarine d'Ivry mise en scène dans un court-métrage

le
0

VIDÉO - Deux réalisateurs ont remporté le Grand prix du jury du concours «HLM sur cour(t)» 2015 pour leur court-métrage racontant l’histoire d’un habitant de la cité du Val-de-Marne. Celle-ci sera détruite en 2018, puis reconstruite.

Elle est faite de briques rouges. Elle est l’un des derniers symboles l’ex-banlieue rouge... La cité Youri Gagarine d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) fait l’ objet d’un court-métrage intitulé Gagarine (voir la vidéo en entier) .Ses réalisateurs, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, qui ont remporté le grand prix du jury du concours «HLM sur cour(t)» 2015, mettent l’accent sur l’histoire d’un habitant de cette cité aux 376 logements inaugurée en 1963 par le célèbre astronaute russe, Youri Gagarine. Cinquante plus tard, la barre d’immeuble est promise à la destruction, dans le cadre d’un grand plan de réhabilitation urbain.

Le concours «HLM sur cour(t)» créé en 2013 par l’Union sociale pour l’habitat, qui gère plus de 750 bailleurs sociaux, a pour but de récompenser les courts métrages qui «contribue à la lutte contre les idées reçues sur les HLM». Dans Gagarine réalisé par Jérémy Trouilh et Fanny Liatard, le personnage fictif de Youri (Idrissa Diabaté, Bandes de filles) est un jeune rêveur utopiste qui n’accepte pas que sa cité soit détruite. «Gagarine est une œuvre poétique qui met l’accent sur la solidarité dans le logement social. À travers une histoire ancrée dans la réalité, le traitement onirique des réalisateurs rend compte de l’imaginaire qui peut naître dans des lieux d’histoire tels que la cité Youri Gagarine et de la force de la cohésion sociale en Hlm», estime Frédérique Paul, délégué général de l’Union sociale pour l’habitat et membre du jury.

Science-fiction

Façades, escaliers, lignes architecturales… la caméra oscille parfois entre la réalité et des scènes de science-fiction. Une manière de montrer que les HLM constituent un patrimoine urbain. «L’histoire, la symbolique ainsi que les formes harmonieuses de cette cité de briques rouges nous ont tout de suite interpellés,» expliquent les coréalisateurs Fanny Liatard et Jérémy Trouilh. Ils sont partis à la rencontre des habitants de la cité à plusieurs reprises. Le but? S’inspirer de leurs histoires personnelles, de leurs nostalgies et de leurs angoisses quant à leur relogement après la destruction de leur cité. «Les récits des habitants croisés sur place n’ont fait que confirmer la singularité de ce lieu. Ces rencontres ont mis à mal certains jugements que nous portions sur la démolition, qui ne doit pas forcément être perçue comme la fin de quelque chose, mais plutôt comme le début d’une autre», commentent Jérémy Trouilh et Fanny Liatard.

La cité Youri Gagarine d’Ivry-sur-Seine sera rasée en 2018. Le compte à rebours est enclenché. Les habitants de la cité ont commencé à quitter les lieux, ils sont peu à peu relogés dans des logements neufs à divers endroits de la ville.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant