La Cinquième avenue reste la rue la plus chère du monde, les Champs-Elysées troisième

le , mis à jour à 12:03
0
La Cinquième avenue reste la rue la plus chère du monde, les Champs-Elysées troisième
La Cinquième avenue reste la rue la plus chère du monde, les Champs-Elysées troisième

La ville de New York (Etats-Unis) sur la première marche du podium et deux fois plus chère que Paris. La Cinquième avenue à New York conserve pour la troisième année consécutive sa place d'artère commerçante la plus chère au monde, devançant Causeway Bay, sur la presqu'île de Hong Kong, et les Champs Élysées à Paris, selon une étude du cabinet immobilier Cushman and Wakefield.

 

La célèbre rue new-yorkaise a ravi la première place à sa rivale de Hong Kong en 2014, après deux ans de suprématie de l'artère asiatique. Les deux quartiers restent largement devant leurs concurrents, avec des loyers moyens respectifs de 29 065 € au mètre carré pour New York et 27 884 € par mètre carré pour Hong Kong.

 

Leurs valeurs locatives sont deux fois plus élevées que celles des autres rues principales partout ailleurs dans le monde, selon un communiqué diffusé mercredi par le cabinet à l'occasion du Mapic, salon de l'immobilier commercial qui se tient cette semaine à Cannes (Alpes-Maritimes).

 

Rentabilité et moins de magasins-phares font baisser les prix

 

Les deux villes enregistrent toutefois cette année un recul, les grandes marques internationales rationalisant leurs parcs de magasins au profit de leurs sites de vente en ligne. La «Fifth avenue» a ainsi vu le montant moyen de ses loyers commerciaux reculer de 14% par rapport à 2015. C'est la première fois depuis la fin de la crise financière que l'artère enregistre une telle baisse, souligne Cushman and Wakefield qui prédit que cela va continuer en 2017. Deux raisons expliquent ce repli.

 

D'une part, les marques et distributeurs cotés à la bourse de Wall Street sont poussés par les marchés dans une course au profit, ce qui les incite à fermer leurs magasins les moins rentables, une tendance qui affecte la plupart des grandes artères commerçantes américaines. D'autre part, New York connaît une période de moindre demande des enseignes pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant